Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android
ExpressVPN

Depuis que la Chine a promulgué la très sévère loi anti-vpn cette année, les blocages et les actions des autorités se sont largement raffermis. Un chinois qui fournissait un service VPN pour les citoyens locaux en a fait les frais…

Wu Xiangyang vient d’être condamné à 5 ans et demi de prison ferme et à 76 000 dollars d’amende (500 000 yuan) pour avoir commercialisé un service VPN (Virtual Private Network) sans détenir l’autorisation / la licence nécessaire à ce type d’activité désormais très réglementée en Chine. En passant par ce fournisseur vpn, les chinois pouvaient alors accéder librement à des services normalement bloqués et interdits tels que Google, Facebook, Twitter, etc en contournant le filtrage du « Great Firewall« .

L’affaire a été médiatisée comme le prouve l’article dédié paru sur le South China Morning Post (citant un rapport émanant du Procuratorate Daily). L’accusé aurait exploité son service VPN depuis 2013 jusqu’à juin 2017. Il a reconnu avoir fourni des logiciels et des routeurs modifiés à ses clients, et avoir réalisé un bénéfice d’environ 64 000 euros. Le service était en vente via le site marchand Taobao (filiale du groupe Alibaba) et sur divers réseaux sociaux chinois, sous la forme as-a-service. Côté statistiques d’utilisation, Wu Xiangyang aurait compté près de 5 000 sociétés et 8 000 étrangers.

Bien entendu, en plus de l’intense censure gouvernementale, ce système de blocage profite largement à l’ensemble des acteurs chinois : tout l’écosystème (et l’économie) numérique interne se retrouve à l’abri et sans concurrence ! Pas de GAFAM ni de géants américains ou Européens, tout est fabriqué « made in China » et parfois parfaitement cloné…

Cette affaire intervient dans la logique de « nettoyage » annoncée par Pékin dès le vote de la loi anti-vpn. D’ailleurs, un autre homme, Deng Jiewei, a été condamné à neuf mois de prison en mars dernier pour avoir vendu des VPN non autorisés sur son site internet. Notons que la vente d’un VPN en Chine n’est pas forcément illégale : il faut cependant s’enregistrer avant auprès des autorités et obtenir une licence. Les acteurs locaux GreenVPN et Haibei VPN ont ainsi du mettre un terme à leurs activités.

De même qu’Apple a été contraint de retirer les applications VPN de son Store…

Il reste aujourd’hui une poignée de fournisseurs VPN basés à l’étranger capable de contourner efficacement le blocage du grand firewall de Chine.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, note : 5,00 sur 5)
Loading...

Mots clés : , , , , , ,


Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.