Les Anonymous accusés de proférer des menaces physiques

0

Une société américaine de sécurité informatique, HBGary Federal, qui traque les pirates du net, a affirmé avoir fait l’objet de menaces physiques de la part du groupe devenu célèbre après avoir mené une croisade pro-WikiLeaks.

La société avait été visée la semaine dernière par une vaste attaque informatique revendiquée par Anonymous, au moment où HBGary aurait été sur le point de vendre au FBI des informations permettant d’identifier les pirates.

“En plus de vols de données, les employés de HBGary ont reçu des menaces de violences”, affirme la société de sécurité dans un communiqué publié mercredi.

En conséquence, HBGary a décidé de se retirer d’un salon consacré à la cyber-sécurité auquel la société participait à San Francisco (Californie, ouest), afin de “protéger (son) personnel”.

“Les attaques contre HBGary feront peut-être sourire ceux qui se réjouissent de voir une société de sécurité dans l’embarras, mais elles devraient faire froid dans le dos à tous ceux qui cherchent à protéger leurs propres entreprises”, a commenté sur son blog Graham Cluley, un expert de Sophos, une entreprise de sécurité informatique.

Anonymous a été à l’origine d’attaques contre les sites de cartes de crédit américaines Visa et MasterCard et la société de paiement PayPal en réponse à leur décision de bloquer les versements à WikiLeaks.

Les pirates ont également pris pour cible l’Eglise de Scientologie ou plus récemment des sites gouvernementaux en Tunisie, en Egypte et au Yémen, en soutien aux mouvements de contestation.

La police britannique a annoncé fin janvier l’interpellation de cinq membres présumés d’Anonymous, dont deux mineurs. Au même moment, le FBI avait mené une quarantaine de perquisitions aux Etats-Unis.


Source : AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.