Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Alors que nous annoncions une cyberattaque brêve mais violente qui à touché les systèmes informatique de GoDaddy, voici que la société dément toute attaque externe. Une panne interne en serait la cause.

PIA VPN

L’hébergeur et registrar a réfuté la thèse d’une attaque par déni de service menée par un membre des Anonymous, sans toutefois livrer d’explications précises sur les vraies raisons qui ont conduit à l’indisponibilité du service pendant plusieurs heures.

GoDaddy a officiellement démenti avoir été victime d’une attaque par déni de service distribué menée par un membre d’Anonymous. En effet, lundi, une panne générale de plusieurs heures a rendu un très grand nombre de sites inaccessibles. Un membre du collectif Anonymous agissant sous le pseudonyme AnonymousOwn3r a assuré être l’auteur de cette panne géante. « L’interruption de service n’a pas été causée par des influences extérieures. », a assuré Scott Wagner, le PDG par intérim de l’hébergeur et registrar.

Il semblerait donc que certains Anonymous aient pris la grosse tête en ce moment et s’attribuent des faits dont ils ne sont pas réellement responsable.

Présentant ses excuses aux clients, le patron de Go Daddy a également affirmé qu’aucunes données personnelles n’ont été exposées. Sans entrer dans le détail, il évoque une « série d’événements réseau interne qui ont corrompu les tables de routage ». Des mesures techniques ont été prises pour que ce genre de problème ne se reproduise plus promet Go Daddy.

 

Sources : ZDNet, Eureka Presse

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore noté)
Loading...

Mots clés : , , ,


Vos réactions

Ils parlent du sujet :

  1. […] on https://www.undernews.fr Partager cet article:Print Pin ItShare on TumblrEmailDiggJ'aime ceci:J'aimeSoyez le premier à […]





Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.