Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

La récente arrestation de Mark Karpelès, PDG de MtGox, au Japon, pousse vraisemblablement les anciens employés de l’entreprise à parler. Ashley Barr, un ancien cadre de la société spécialisée dans les transactions en bitcoins, a témoigné sur Reddit.

Après avoir été arrêté le 1er août au Japon, Mark Karpelès, 30 ans, le PDG français de MtGox, fait face à de graves et nombreuses accusations suite à la faillite de la société en avril 2014. Ashley Barr, un ancien employé, ayant été brièvement PDG de l’entreprise en 2013 à d’ores-et-déjà témoigné sur Reddit, en annonçant publiquement que c’était un jeu pour son ancien patron.

« Je me souviens de Mark et des développeurs jouant à Oblivion et à Super Meat Boy alors que les problèmes étaient en train de commencer » se rappelle Ashley Barr. « D’une certaine manière, j’ai l’impression que tout ça n’était qu’un jeu pour Mark, car il n’arrivait pas à comprendre que l’argent qui était déposé sur son compte bancaire signifiait davantage pour beaucoup de gens que de simples chiffres affichés sur son écran. »

« Quand nous nous sommes rassemblés entre employés de MtGox pour mettre la pression à Mark, en lui demandant comment c’était possible pour nous de dépenser plus d’argent que nous en gagnions, il nous a simplement répondu : « Ma grand-mère vit dans un château en Suisse ». Et c’est tout, nous n’avons jamais eu plus d’explications de sa part. Il a simplement ignoré le reste de nos questions. C’était dingue. »

« Ma conviction, c’est qu’il utilisait l’argent des clients pour soutenir son mode de vie et sa société, le tout sans aucun contrôle. Encore une fois, c’est très frustrant de voir quelque chose dans lequel vous croyez dans les mains de quelqu’un comme Mark à ce moment-là. »

Bref rappel de l’histoire, en 2014, MtGox avait soit disant subi une attaque informatique de grande ampleur ayant entraîné la perte de 850 000 bitcoins, d’une valeur de 48 milliards de yens (352 millions d’euros). Quelque 200 000 bitcoins, équivalant à 6,98 milliards de yens (51 millions d’euros) avaient par la suite été retrouvés, selon M. Karpelès, sur un stockage non connecté aux autres ordinateurs. Avant cet événement, MtGox revendiquait 80% des transactions mondiales en bitcoins.

La monnaie électronique est particulièrement spéculative, son cours étant passé de quelques dollars en 2011 à plus de 1 100 dollars fin novembre 2013, avant de retomber sous 300 dollars suite à la brutale chute de la plateforme d’échange MtGox.

Des accusations graves

Parmi les accusations, le détournement de fonds reste la plus importante. Ensuite, vient la manipulation du cours du Bitcoin via la falsification de données informatiques dans le bu de créer artificiellement un million de dollars. 

Selon la chaîne publique NHK, la police nippone considère que M. Karpelès sait où se trouvent les bitcoins disparus. Il aurait manipulé le système pour les détourner sur un compte secret. Les enquêteurs pensent que l’ancien PDG a détourné 8,9 millions de dollars, dont une partie, 320 000 dollars, aurait payé le loyer d’un appartement dans une résidence de luxe de Tokyo.

PIA VPN

En France, Mark Karpelès a été condamné en 2010 en son absence à un an de prison, pour piratage et à 45 000 euros de dommages et intérêts.

Seule point positif, les accusations liées à la relation entre M. Karpelès et Ross Ulbricht, le fondateur de Silk Road, « l’eBay de la drogue » semblent ne pas avoir été retenues. Par ailleurs, elles avaient été vivement démenties par Karpelès en personne.

Quoi qu’il en soit, l’enquête est en cours et va surement s’accélérée maintenant que le PDG a été arrêté. Dans le monde, l’intérêt pour le Bitcoin continue, même de grandes banques s’y intéressent…

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, note : 4,50 sur 5)
Loading...

Mots clés : , , , ,


Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.