Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android
CyberGhost VPN Promo

Alors qu’Artem Vaulin, l’administrateur présumé du tracker torrent KickAssTorrents avait demandé une remise en liberté conditionnelle, la cour de justice polonaise a rejeté la demande et a exigé qu’il reste en prison jusqu’à son extradition aux États-Unis.

Artel Paulin, un ukrainien de 30 ans, est l’administrateur présumé du site de téléchargement illégal KickAssTorrents. Il a été arrêté par la police polonaise en juillet dernier et les institutions judiciaires du pays viennent de rejeter sa demande de mise sous liberté conditionnelle. Ce dernier restera donc en prison jusqu’à son extradition prochaine aux USA pour y être jugé.

Vaulin doit être extradé aux États-Unis pour y être jugé par la cour américaine, qui l’accuse d’être l’un des principaux gérants du célèbre site BitTorrent KickAssTorrent, qui était sur le liste noire des sites dédiés au piratage massif depuis plusieures années. La défense d’Artel s’était opposée à cette décision en affirmant notamment que sa libération sous caution était motivée par des problèmes de santé.

Mais le juge Marzanna Piekarska-Drążek ne l’a pas vu de cet œil et a rejeté en bloc la demande. D’après lui, les États-Unis auraient déjà fourni des preuves suffisantes pour justifier son futur procès après extradition. Rappelons que le préjudice estimé dépasse le milliard de dollars et que KickAss Torrents est présenté comme le 69ème site le plus visité au monde, avec 50 millions de visiteurs par mois. Les autorités américaines avance que le suspect aurait généré entre 12,5 et 22,3 millions de dollars de revenus publicitaires chaque année via son site illicite.

Affaire à suivre donc.

 

Source : Numerama

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore noté)
Loading...

Mots clés : , , , , , , , , ,


Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.