Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Attaqué en justice suite à la fuite, avant sa sortie en salles, du film « Expendables 3 », l’hébergeur de fichiers Hulkfile vient d’annoncer qu’il allait fermer définitivement ses portes (hulkfile.eu). Encore un énième cyberlocker qui ferme ses portes.

Près d’un mois avant la sortie en salle du dernier blockbuster The Expendables 3, une version pirate était disponible sur la Toile. Rien de bien étonnant dans ce genre de cas si l’on prend en compte les énormes retombées faisant suite à ce genre de fuite. L’affaire prend cependant de l’ampleur quand les studios de cinéma, les producteurs et/ou diffuseurs entrent en scène : ils portent plainte contre les hébergeurs de fichiers (cyberlockers ou filelockers) et obtiennent en général la suppression des liens. Mais là, c’est plus grave !

Dans l’action entreprise contre HulkFile, plateforme d’hébergement de fichiers, les conséquences sont désastreuses. La justice américaine, sous l’impulsion de LionsGate, distributeur du film The Expendables 3, a ordonné le retrait des milliers de liens menant vers la release pirate du film. Au total, ce sont plus de 10 000 liens dont la suppression a ainsi été réclamée en l’espace de quelques jours. Sauf que tous les sites invités à procéder à ce grand ménage ne se sont pas pliés aux requêtes du studio. Or la législation applicable aux hébergeurs veut que la responsabilité de ces intermédiaires est engagée si, une fois averti de l’illicéité manifeste d’un contenu présent sur leurs serveurs, ils n’ont pas promptement agi afin de le supprimer ou d’en bloquer l’accès.

La tâche s’annonçant assez compliquée étant donné qu’il faut impérativement vérifier le contenu du lien avant sa suppression, HulkFile vient d’annoncer l’arrêt définitif de ses activités.

HMA Pro VPN

hulkfile

Selon TorrenFreak, 5 autres sites sont concernés par ce dépôt de plainte : Limetorrents, Billionuploads, Played, Swankshare et Dotsemper. De plus, la justice a su appuyer sur la touche sensible : l’argent. Elle a en effet bloqué les comptes et avoirs financiers des sites en question. Autant dire une mise à mort pure et simple !

Pour le premier opus, Sylvester Stallone, acteur-producteur, avait déjà à l’époque poursuivi, aux États-Unis, les internautes qui avaient téléchargé illégalement une copie de son film. Un bon moyen de compenser le manque à gagner, semble-t-il… Pourtant, aucune étude fiable ne permet de chiffrer les pertes occasionnées par le piratage. On peut donc se demander quelles preuves peuvent être apportées au dossier et comment la justice, impartiale, peut statuer objectivement. Les lobbies du cinéma sont puissants outre-Atlantique, ce n’est pas le Journal du Pirate qui vous l’apprendra ! Et de là à dire qu’ils peuvent influer sur les décisions de justice, bien qu’étant diffamatoire, je veux bien l’écrire sans risques de me tromper.

Quoi qu’il en soit, Hulkfile a indiqué à plusieurs personnes que ses utilisateurs auraient la possibilité de transférer leurs données vers un autre hébergeur. La pilule semble néanmoins très amère pour les administrateurs de la plateforme : « Chaque jour, un nouvel hébergeur de fichiers ouvre ses portes quelque part. La seule façon pour les ayants droit de protéger leurs œuvres, c’est de coopérer, pas de se battre ».

 

Sources : Journal du Pirate, PCI

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, note : 5,00 sur 5)
Loading...

Mots clés : , , , , , , , , ,


Vos réactions

Ils parlent du sujet :

  1. […] la blague ne s’arrête pas là. Comme l’indique un article du site Undernews, l’hébergeur a précisé qu’il permettrait à ses clients de récupérer ses fichiers. […]

  2. HulkFile – Le cyberlocker contraint de fe...

    […] Attaqué en justice suite à la fuite, avant sa sortie en salles, du film « Expendables 3 », l’hébergeur de fichiers Hulkfile vient d’annoncer qu’il allait fermer définitivement ses portes (hulkfile.eu).  […]





Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.