Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Le management de la réaction est un point rarement évoqué en matière de sécurité IT, il est pourtant fondamental et nécessite d’être mené dans les règles de l’art. Cap sur ce sujet et rappel de ses fondamentaux.

Définir un cadre

Avis d’expert par Fabrice CLERC, Président de 6Cure – En cas d’attaque, il est tout d’abord utile de recenser l’ensemble des contre-mesures locales activables, d’évaluer l’impact de l’attaque sur le fonctionnement du système, ainsi que la pertinence des contre-mesures envisageables, de mesurer l’impact de leur activation sur le fonctionnement optimal du système, puis de proposer un ensemble de stratégies de réponses à l’opérateur de sécurité.

Dans ce contexte, lors d’une attaque, l’opérateur de sécurité doit pouvoir bénéficier du meilleur éclairage afin d’être en mesure de forger et prendre sa décision sur les contre-mesures à appliquer à l’incident. La meilleure réponse est celle qui offre une coordination globale large, assurant la pertinence de la réaction, sa cohérence dans le contexte de l’incident, et la préservation des politiques de sécurité en vigueur dans l’environnement concerné. En effet, de nombreuses solutions offrent aujourd’hui des fonctions activables dans un objectif de sécurité des systèmes, mais elles souffrent de limitations liées notamment à leur méconnaissance du contexte complet, et notamment de l’impact de leurs mécanismes propres de réaction, souvent statiques et prédéterminés. Il est donc crucial de faciliter la collaboration de ces « éléments activables » dans une stratégie de réponse aux attaques mieux coordonnée et d’offrir à l’opérateur de sécurité une précieuse aide à la décision.

Valorisation des dispositifs existants

Dans un premier temps, il sera donc nécessaire de recenser les éléments actifs à disposition sur le SI de l’entreprise. Ces éléments actifs recouvrent l’ensemble des systèmes matériels et logiciels capables de mettre en œuvre des configurations de réponse aux attaques : équipements du réseau (routeurs, switches), dispositifs de sécurité (pare-feux, IDS/IPS), annuaires des autorisations utilisateurs (LDAP, AD), systèmes d’authentification, configuration des postes applicatifs (droits d’accès).

Lors de l’occurrence d’une attaque, il faut identifier les parties prenantes de la menace (sources, cibles, relais et vecteurs de l’attaque), et évaluer les différentes stratégies de réponse possibles en fonction de la nature de l’événement, de la forme et la topologie de l’attaque, et des moyens de réaction mobilisables parmi les éléments actifs préalablement répertoriés. Cette évaluation doit intégrer l’estimation du rapport entre l’efficacité des contre-mesures proposées en regard de la nocivité de l’attaque, et le calcul de l’impact de la réponse sur l’intégrité et le fonctionnement des services et des réseaux sous-jacents.

L’opérateur de sécurité dispose ainsi instantanément de tous les éléments de décision permettant de pousser les configurations de réaction appropriées. Il devient alors possible de réagir en quasi-temps réel à une attaque en cours en activant des combinaisons intelligentes de contre-mesures à l’impact et l’efficacité mesurés : filtrage et contrôle d’accès, compartimentation, nettoyage chirurgical de flux nocifs.

PIA VPN

La Threat Intelligence est fondamentale en matière d’aide à la décision et fait apparaître des notions d’intelligence artificielle, qui prouve bien que cette dernière s’applique depuis déjà plusieurs années dans les processus de gestion des incidents de cybersécurité.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore noté)
Loading...

Mots clés : , , ,

Recherches en relation :

  • processus de gestion dincident cybersécurité

Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.