Le télétravail et la crypto-monnaie seront les portes d’entrée des cybercriminels en 2022

0

Près de deux ans après l’arrivée de la pandémie, la cybercriminalité a fortement augmenté. Et nul doute que les cybercriminels vont redoubler d’efforts en 2022 pour rendre les ransomwares plus efficaces, continuer d’escroquer les internautes ou encore introduire des logiciels malveillants de crypto-mining. Profitant également des entreprises ayant mis en place des politiques de télétravail, ils continueront leurs attaques contre elles.

La recrudescence des ransomwares

Le Financial Enforcement Network des États-Unis a signalé que la valeur totale des activités suspectes liées aux ransomwares au premier semestre 2021 était 30 % supérieure au montant déposé pour l’ensemble de 2020. Cette année, des hôpitaux comme celui d’Arles, des enseignes d’ameublement ou encore des garagistes ont fait face à des attaques de ransomwares. Les experts en cybersécurité prédisent que cette crise globale de ransomwares ne fera que s’accroître en 2022. Afin de mieux cibler les entreprises, les spécialistes pensent que les cybercriminels proposant des ransomwares en tant que service (RaaS) amélioreront les modèles d’affiliation.

En outre, les attaques de ransomwares contre les consommateurs devraient également augmenter en 2022. Les cybercriminels adaptent certaines des techniques utilisées pour attaquer les entreprises pour cibler les consommateurs. Il ne serait alors pas surprenant de voir de plus en plus d’utilisateurs Mac et Linux victimes de ransomwares.

La hausse des malwares et des arnaques liées aux monnaies numériques

Le Bitcoin atteignant un nouveau record historique en 2021, les experts d’Avast prévoient une poursuite de l’utilisation des logiciels malveillants de minage de crypto-monnaie, des escroqueries liées à la crypto-monnaie et des logiciels malveillants ciblant les portefeuilles de crypto-monnaie, ainsi que des braquages ​​sur les échanges en 2022.

Avec le succès du Bitcoin, les experts en cybersécurité assurent que les pirates informatiques ne baisseront pas leur utilisation de logiciels malveillants liés à la crypto-monnaie. En effet, la valeur de cette crypto-monnaie est susceptible de croître dans les prochaines années, et les cybercriminels vont là où l’argent se trouve. Ces derniers ne reculeront devant rien pour escroquer les détenteurs de portefeuilles de crypto-monnaie.

Le télétravail laisse la porte ouverte aux cybercriminels

Avec la pandémie, le recours au télétravail a explosé. Depuis, les collaborateurs ont adopté pour certains un rythme hybride. Même si le télétravail leur apporte bon nombre d’avantages, il sera encore plus propice en 2022 aux attaques par manque de configuration de la sécurité du réseau mettant les entreprises en danger permanent.

En outre, nous verrons également que les deepfakes audio seront utilisés pour imiter par exemple un employé afin d’avoir un accès aux données sensibles ou au réseau de l’entreprise. Ce type d’attaque rencontre du succès lorsqu’un collaborateur est en télétravail.

Alors comment se prémunir contre les cyberattaques en 2022 ?

Les utilisateurs d’ordinateurs et de mobiles doivent s’en tenir aux sites et aux magasins d’applications officiels lors du téléchargement de logiciels et de mises à jour pour éviter les logiciels malveillants et les escroqueries, ainsi que lire attentivement les avis pour détecter tout signal d’alarme. De plus, les utilisateurs doivent éviter de cliquer sur des liens suspects, tels que des liens envoyés par des expéditeurs inconnus, concernant des achats, par exemple, qu’ils n’ont pas effectués, ou liés à des comptes qu’ils n’ont pas, et des liens qui ne correspondent pas au service auquel ils font référence dans les messages.

Il est aujourd’hui vital d’être protégé par un logiciel de sécurité même si l’on pense avoir tout mis en place contre les cyberattaques.

Tribune par Bastien Dubuc, Regional Manager South Europe chez Avast

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.