Confusions et approximations : l’approche bancale des dirigeants français en matière de renseignement sur la menace

0
138

Dans un monde en proie aux bouleversements géopolitiques, environnementaux et économiques, il n’a jamais été aussi essentiel pour les entreprises de connaître la nature des menaces de cybersécurité. Pourtant, les dirigeants doivent souvent prendre des décisions cruciales sans vision claire du paysage des menaces et du risque encouru par leur organisation.

Tribune – L’étude «Kaspersky parle le même langage que vous», qui interroge des dirigeants d’entreprise en France et dans le monde, révèle des chiffres très parlants sur leur manière d’aborder les cybersécurité et les obstacles rencontrés.

L’incompréhension du langage lié à la cybersécurité par les cadres dirigeants ainsi que d’autres freins majeurs nourrissent leurs lacunes en la matière

Les dirigeants français se trouvent souvent démunis face au jargon et aux termes techniques spécifiques. 46% d’entre eux admettent que le vocabulaire de base de la cybersécurité les laissent confus, des termes tels que « malware », « phishing » et « ransomware ». Les termes plus techniques tels que “Exploits Zero Day” (39,5%), YARA (44,5%) et “Suricata rules” (48,5%) ont pourtant suscité des niveaux de confusion similaires. Les dirigeants français se trouvent particulièrement en difficulté face à ce jargon, leur confusion est bien plus élevée que la moyenne européenne sur tous les termes sondés.

Parmi les autres freins majeurs soulevés par les dirigeants français, les restrictions budgétaires sont largement évoquées par 52% d’entre eux, suivies de près par le manque de formation (51,5%) mais également le manque d’outils (37,5%) et le manque de temps (35,5%).

Et pourtant, de nombreux cadres dirigeants français (46%) admettent que la cybercriminalité est devenue la plus grande menace auquelle leur entreprise est confrontée largement devant les aléas économiques tels que la hausse de l’inflation (37%) les catastrophes naturelles (36,5%) ou encore la concurrence (30%).

De nombreux responsables français (42%) se dirigent vers le dark web pour recueillir de la threat intelligence afin d’en discuter en réunion

Parmi les sources d’informations utilisées, les dirigeants français déclarent tout de même en majorité se tourner vers des sources publiques (open source, réseaux sociaux, blogs sur la cybersécurité) (55%), mais aussi, vers des sources internes (48,5%), des sources privées de renseignement sur la menace (47%) et des sources de fournisseurs externes (35,5%).

Certains cadres dirigeants, bien conscients qu’ils ont besoin d’aide pour comprendre les menaces de cybersécurité auxquelles leurs entreprises sont confrontées chaque jour, cherchent de l’aide auprès d’experts

Selon les dirigeants français interrogés, les RSSI sont les plus susceptibles de présenter des informations sur les menaces lors des réunions de leur conseil d’administration (53,5%), suivis par les responsables informatiques (49,5%), les fournisseurs externes de cybersécurité (45%), les résumés exécutifs écrits non techniques (40,5%) et enfin, les partenaires (34%). 

L’utilisation de ressources accessibles au public et l’augmentation du budget alloué aux formations contribuent à la sensibilisation. Toutefois, la réalité est que sans une expertise solide pour identifier, analyser et recouper les cybermenaces, les organisations ne s’arment qu’à moitié contre elles. 

Au cœur d’une stratégie optimale, on trouve un interprète ou un partenaire capable non seulement de parler le langage du cybercrime, mais aussi de comprendre comment la confidentialité et l’anonymat qui protègent les criminels peuvent être utilisés contre eux pour établir un rapport et extraire des renseignements essentiels.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.