Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Les Laboratoires de Bitdefender en France viennent de découvrir une nouvelle variante de CTBLocker dans un piège spécialement destiné à la France et aux pays francophones.

Bitdefender

Les entreprises françaises sont une fois de plus visées par une campagne de malware, comme c’était déjà le cas il y a quelques jours avec les fausses pièces jointes MS Office dans des e-mails pour la plupart en anglais :

ctblocker-entreprise

CTBLocker, un redoutable malware

Cette fois, le document joint est une archive de type .cab qui accompagne un e-mail tout ce qu’il y a de plus crédible et correctement rédigé en français, envoyé en particulier aux services administratifs des entreprises.

Une commande suspecte, une somme importante, tout pousse la victime intriguée par le message à  ouvrir la pièce jointe. Malheureusement, à l’ouverture du document, le ransomware chiffre les fichiers présents sur l’ordinateur et demande une rançon pour les récupérer, dans un délai très cours (72 heures en général).

Comment se protéger ?

Attention : l’e-mail en français a un côté rassurant, et ce sentiment de confiance peut facilement nous faire baisser notre garde. Méfiez-vous des pièces jointes d’e-mails, même si ce dernier est écrit en bon français. Utilisez également un antivirus pour entreprise performant en détection, afin de bloquer les menaces.

 

Source : Laboratoires Bitdefender France

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, note : 4,00 sur 5)
Loading...

Mots clés : , , , ,


Vos réactions
  1. SERGE GILBERT

    Je suis aussi envahi de spots pub: existe-t-il un logiciel antispam
    sélectif adapté ?
    Merci de me tenir informé.

Ils parlent du sujet :

  1. […] En France, le début de l’année 2015 a été particulièrement marqué par le cryptoware CTB Locker, qui a contaminé de nombreuses […]





Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.