Menace fantôme : Les Chevaux de Troie bancaires mobiles atteignent un point historiquement haut en Q2 2018

0
104

Pour son 2eme rapport trimestriel de 2018, Kaspersky Lab s’est intéressé aux malwares mobiles bancaires. La société de cybersécurité a constaté lors de ces 3 derniers mois que ceux-ci ont atteint le haut de la pile des cyber casse-tête.

Le nombre de packs d’installation pour les services bancaires mobiles – permettant d’apporter des modifications qui aident les attaquants à éviter la détection par les solutions de sécurité – a atteint plus de 61 000. Cela représente un sommet historique ; Plus du triple par rapport au premier trimestre de 2018, et plus du double par rapport au premier trimestre de 2017.

  • Les Chevaux de Troie mobiles sont les malwares les plus impopulaires puisqu’ils sont créés pour voler de l’argent directement depuis les comptes en banque.
  • Le Cheval de Troie Hqwar est la principale source de cette croissance, avec plus de la moitié des modifications enregistrées relatives à ce malware.
  • 61 045 : C’est le nombre de chevaux de Troie bancaires mobiles enregistrés sur le 2e trimestre 2018. Le pic le plus haut jusqu’alors datait de Q4 2016 et n’atteignait pas 40 000.
  • Les Etats-Unis, la Russie et la Pologne sont les 3 pays avec la plus grande proportion d’utilisateurs ciblés par les malwares bancaires mobiles.
  • De tels chiffres pour les malwares bancaires mobiles peuvent s’expliquer par l’augmentation de l’intérêt pour les malwares mobiles de manière générale (+ 421 000 sur Q2).
  • 351 913 075 URLs uniques ont été reconnues comme malveillantes (+24% par rapport à Q1) par des composants antivirus web.
  • 215 762 C’est le nombre d’ordinateurs d’utilisateurs sur lesquels ont été enregistrées de tentatives d’infections par malware ayant pour but de voler de l’argent.
  • 962 947 023 attaques malveillantes en provenance de ressources en ligne de 187 pays du monde ont été repoussées par Kaspersky ce trimestre (+20% par rapport à Q1).
  • 32 % : C’est le taux d’augmentation entre Q1 et Q2 2018 du nombre de packs d’installations malveillants détectés par les solutions de sécurité sur mobile de Kaspersky Lab.