Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

La violation de données impliquant la chaine américaine de supermarchés TARGET ayant eu lieu pendant les fêtes de fin d’année semble faire partie d’une campagne de piratage international de grande envergure et hautement sophistiqué contre plusieurs détaillants, impliquant le piratage de 110 millions de cartes de crédit/débit, et autant de renseignements personnels.

Target a confirmé la semaine dernière que des logiciels malveillants ont été intégré dans le matériel équipant ses point de vente à ses comptoirs de caisse pour recueillir des données sécurisées comme les informations de cartes de crédit utilisées lors des transactions.

Il s’avère que le malware utilisé est appelé BlackPOS, également connus sous le nom « reedum » ou encore « Kaptoxa ». C’est un kit d’exploitation pirate efficace, d’origine russe, qui a été créé en mars 2013 et disponible sur les sites undergrounds du BlackMarket pour des sommes variant de $1800 à $2000.

Les enquêteurs de IntelCrawler trouvé un cybercriminel de 17 ans qui a développé le kit de logiciels criminels BlackPOS. Son pseudonyme est « ree4 » et sa vraie identité est Sergey Taraspov, originaire de Saint-Pétersbourg et habitant Nijni-Novgorod, en Russie.

Sergey Taraspov russia
Les sources de IntelCrawler mentionnent que BlackPOS a été créé en mars 2013 et que l’infection a tout d’abord touchée des environnements de point de vente en Australie, au Canada et aux États-Unis. Le développeur présumé du logiciel malveillant russe, Sergey Taraspov ( alias ree4 ), a vendu plus de 40 versions de BlackPOS à des cybercriminels d’Europe de l’Est et d’autres pays de part le monde.

BlackPOS est un malware « RAM-scraping », totalement écrit en VBScript. Il copie les numéros de carte de crédit depuis la RAM des terminaux de paiement, dès l’instant où les cartes bancaires sont glissées et avant même que les données ne soient chiffrées.
En décembre, après la violation de données visant Target, l’entreprise de sécurité Symantec a découvert le malware et l’a surnommé « Infostealer.Reedum.C« .

« C’est un programmeur très bien connu de codes malveillants sur les sites undergrounds et auparavant, il a créé plusieurs outils dédiés au piratage, pour les attaques par force brute, comme « Ree4 mail brute », et a aussi gagné de l’argent avec le piratage de comptes utilisateurs sur les réseaux sociaux et le lancement d’attaques DDoS. Le développement de logiciels malveillants est une autre de ses activités illégales. »

Maintenant, n’importe quel acheteur de son kit pirate est peut-être le coupable de la violation de données Target. Selon les chercheurs, les attaquants ont réussit à s’introduire dans l’un des serveurs de le firme TARGET et a injecter le malware BlackPOS  dans les terminaux de paiement situés dans divers magasins.

HMA Pro VPN

IntelCrawler n’accuse pas Ree4 du piratage de Target, mais explique que ce sont ses clients qui sont à l’origine de l’intrusion, par le biais de ses produits malveillants.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, note : 4,00 sur 5)
Loading...

Mots clés : , , , , , ,


Vos réactions

Ils parlent du sujet :

  1. Le malware BlackPOS utilisé lors du pira...

    […] La violation de données impliquant la chaine américaine de supermarchés TARGET ayant eu lieu pendant les fêtes de fin d'année semble faire partie d'une campagne de piratage international de grande envergure et …  […]

  2. Le malware BlackPOS utilisé lors du pira...

    […] UnderNews | Malwares (Le malware BlackPOS utilisé lors du piratage de TARGET développé par pirate russe de 17 ans http://t.co/3T83FVsdUZ)…  […]

  3. Le malware BlackPOS utilisé lors du pira...

    […] La violation de données impliquant la chaine américaine de supermarchés TARGET ayant eu lieu pendant les fêtes de fin d'année semble faire partie d'une campagne de piratage international de grande envergure et hautement sophistiqué contre plusieurs…  […]





Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.