Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Alors que tout le monde le croyait disparu à jamais, voila que l’improbable survient : le ver Conficker a été repéré par un intégrateur au sein du logiciel équipant certaines caméras utilisées par la police américaine.

C’est l’intégrateur iPower qui a découvert la présence du ver au sein d’un équipement fourni par la marque Martel au cours d’un test d’une fonctionnalité de stockage des fichiers vidéos dans le cloud à destination des agences gouvernementales et des services de police. Plusieurs caméras embarquées, de modèle Frontline et vendues 500 dollars, seraient touchées par le fameux ver Conficker.

PIA VPN

iPower assure que cette affaire engendre « d’importantes implications de sécurité », étant donné que les caméras infectées l’auraient été sur leur lieu de fabrication. Dans le cadre de cette découverte pour le moins étonnante, iPower a contacté de multiples fois le fabricant de caméras Martel mais aucune réponse n’a été donnée à ce jour. Inquiétant puisque Martel livre des milliers de ces caméras à la police américaine…

Les caméras Frontline concernées se connectent en réseau pour transmettre leur flux vidéo, ce qui permet une propagation de Conficker, l’un des ver les plus dangereux au monde, classé dans le top 10 des menaces en 2008. Les machines connectées aux caméras pourraient donc à leur tour être infectées. Espérons que la propagation soit endiguée à temps, surtout que ce dispositif de caméra embarquée a déjà fait son apparition dans les forces de police européennes. Imaginons les risques liés à une infection par un malware des appareils aptes à recueillir des preuves valables devant la Justice !

 

Source : ZDNet

Crédits image : Martel

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, note : 3,00 sur 5)
Loading...

Mots clés : , , , , , ,


Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.