Record : 334 ans de prison pour un cybercriminel turc

1

Il s’agit là d’un record qui veut se montrer exemplaire : un cybercriminel turc de 26 ans a été condamné à 334 ans de prison pour vol de données bancaires via phishing et autres malversations. Sa vie est donc terminée.

Le ressortissant turc Onur Kopçak, 26 ans, passera le reste de sa vie derrière les barreaux. Il faisait parti d’un groupe de cybercriminels spécialisé dans le piratage de données bancaire provenant de cartes de crédits. Ils employaient des clones de sites officiels et des mails de phishing afin de tromper leurs victimes. Arrêté en 2013, le pirate vient de payer le prix fort pour ses actes malveillants en ligne.

334 ans : Un record qui fait mal

43 personnes ont porté plainte pour fraude bancaire, ce qui avait mené à l’arrestation du cybercriminel turc. Après avoir été jugé en ce début d’année 2016, il a écopé d’une peine record de 334 ans de prison. La Turquie souhaite visiblement en faire un exemple dans le but de dissuader tous les autres cybercriminels du pays…

Tous les sites de phishing utilisés lors des opérations de fraude ont été développés et exploiter de manière à duper les visiteurs en leur faisant croire qu’ils visitaient les sites Web légitimes de leur banque, afin qu’ils saisissent leurs identifiants bancaires en toute confiance. Bien entendu, ces identifiants étaient interceptés par les cybercriminels puis revendus sur le Black Market.

Le tribunal pénal a pu vérifier que le pirate avait effectivement volé les données appartenant aux 43 victimes nommées, résultant une peine de 199 ans de prison. Suite à cette décision, Kopçak a protesté sur son innocence, mais la sentence a été confirmée par la Cour pénale de cassation turque.
Au sommet de la décision de 2013, un autre cas a été ouvert et jugé par la Cour pénale, concernant la fraude bancaire impliquant 11 autres personnes par le pirate. Cette fois, Kopçak n’a pas fait appel, poussant la peine de prison à un total de 334 ans.

Kopçak a été accusé et reconnu coupable de plusieurs cybercrimes, y compris le piratage de données bancaires et de fraude d’identité.
La peine de 334 ans de prison est certes excessive mais envoie un message fort à tous les autres cybercriminels du pays qui n’hésitent pas à pirater pour faire de l’argent rapidement, alors que ces actes peuvent être lourds de conséquence…

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.