vendredi 14 août 2020
Promotion Meilleur VPN 2020
Accueil Lois Le créateur de Mamietracker condamné à six mois de prison avec sursis

Le créateur de Mamietracker condamné à six mois de prison avec sursis

Le tribunal de Bayonne a condamné mardi le fondateur de Mamietracker à six mois de prison de sursis et mille euros d’amende. Le prévenu doit également 300 000 euros de dommages et intérêts aux ayants droit. Le statut d’intermédiaire technique, protégé par la LCEN, n’a visiblement pas été retenu. Le créateur de Mamietracker envisage d’interjeter appel.

Les arguments de la défense n’auront finalement pas fait mouche auprès du tribunal. Le quotidien Sud-Ouest rapporte que le fondateur de Mamietracker, un site de liens BitTorrent, a été lourdement condamné mardi dans une affaire de piratage. Selon le journal, le site était fréquenté par 47 000 internautes entre 2007 et 2009 et 125 000 copies d’oeuvres soumises à droit d’auteur ont été réalisées.

Le tribunal a suivi les réquisitions du procureur, qui réclamait six mois de prison avec sursis pour le créateur de Mamietracker, ainsi qu’une amende de mille euros. Le fondateur de Mamietracker, condamné pour contrefaçon, diffusion et non respect des droits d’auteur, doit également plus de 300 000 euros de dommages et intérêts aux ayants droit, dont des studios de cinéma.

Le statut d’hébergeur n’a donc visiblement pas été retenu par le tribunal. Lors de l’audience, début mai, l’avocate du fondateur de Mamietracker avait mis en avant les dispositions de la loi pour la confiance dans l’économie numérique (LCEN) pour protéger son client. “Mon client n’est qu’un hébergeur. Il met à disposition une coquille vide et ne peut être tenu pour responsable du  contenu que d’autres viennent déposer dedans” avait-elle souligné.

Selon la LCEN, l’intermédiaire technique ne peut être tenu responsable pour les contenus publiés par d’autres internautes, sauf s’il n’a pas agi promptement pour les retirer en cas de signalement. La décision du tribunal de Bayonne se rapproche ainsi de l’arrêt rendu en avril dernier par la cour d’appel d’Aix-en-Provence contre le site TorrentNews. Là aussi, les dispositions de la LCEN avaient été écartées.

Dans le cas de TorrentNews, la LCEN représentait également l’argument principal de droit sur lequel s’appuyait la défense. Or, la cour d’appel a interprété le texte de façon particulièrement restrictive, de sorte que le prévenu ne pouvait pas invoquer la qualité de simple intermédiaire technique. La LCEN bénéficie pourtant à tous ceux qui ne produisent et ne sélectionnent pas les contenus qu’ils diffusent, comme l’a indiqué la cour de cassation dans le cas de Dailymotion.

Dans cette affaire, il ne s’agit pas de téléchargement illégal, comme réprimé par la loi Hadopi. Mon client a simplement mis à disposition de ces membres une boîte à outils vide. Il précisait dans les conditions générales d’adhésion que les copies illégales étaient prohibées sur le site” a commenté l’avocate, qui indique réfléchir avec son client à la possibilité de faire appel.

 

Source : Numerama

UnderNewshttps://www.undernews.fr/
Administrateur et fondateur du site UnderNews

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Advertisment -Express VPN

Derniers articles

Ransomware Maze : Après LG et Xerox, au tour de Canon d’être piégé

Le groupe de cybercriminels exploitant le ransomware Maze poursuit ses actions et agrandit son tableau de chasse en ajoutant Canon avec à la clé un vol de 10 To de données à l'entreprise après infection de ses systèmes informatiques.

400 vulnérabilités pourraient transformer 3 milliards de téléphones Android en espions

L'alerte est donnée : il existe plus de 400 vulnérabilités sur la puce Snapdragon de Qualcomm qui peuvent être exploitées sans l'intervention des propriétaires, explique Slava Makkaveev de Check Point.

Le gouvernement américain met en garde contre une nouvelle souche du virus chinois “Taidoor”

Les agences de renseignement américaines ont publié des informations sur une nouvelle variante du virus informatique vieux de 12 ans utilisé par les pirates informatiques parrainés par l'État chinois et ciblant les gouvernements, les entreprises et les groupes de réflexion.

Vacances d’été : profitez-en pour faire du ménage dans votre vie numérique

Après une longue période de confinement, et avant les vacances d’été, c’est le moment idéal pour effectuer un grand nettoyage ! Cela concerne aussi bien nos placards que notre vie numérique. Petit tour d'horizon et conseils pour se débarrasser de vos déchets  numériques.