Hadopi : l’Elysée reconnaît la non fiabilité de l’IP

2
94

Détournées ou pas, des adresses IP attribuées à l’Elysée ont servi à télécharger. Résultat, le palais présidentiel met en doute la fiabilité de l’adresse IP…

Alors que 159 dossiers sont en instruction en troisième phase de la riposte graduée (qui pour rappel peut déboucher sur la coupure de la connexion Internet), l’Élysée vient officiellement d’admettre la “non fiabilité” de la Hadopi. En effet, après que des adresses IP de l’Élysée aient été utilisées pour télécharger des fichiers pirates sur les réseaux Peer-to-Peer, le palais présidentiel avait été mis hors de cause par le responsable du site YouHaveDownloaded qui déclarait : “Je pense qu’il s’agit d’une machine personnelle qui utilise l’adresse IP du palais, pas d’un ordinateur gouvernemental (…) Une adresse IP n’est pas une donnée fiable pour identifier un internaute. Celle-ci peut être usurpée ou détournée“.

La fiabilité de l’IP remise en question

On attendait donc avec impatience de savoir quelle serait exactement la position de l’Élysée sur le sujet. Car c’est justement sur cette fameuse adresse IP que repose intégralement la riposte graduée de la Hadopi et l’identification des internautes présumés coupables de téléchargement illégal. Sans surprise, la ligne de défense choisie par l’Élysée concerne la “non fiabilité” de l’adresse IP. “L’Élysée dément qu’un de ses collaborateurs ait pu se livrer à de telles pratiques, les adresses IP ne sont pas fiables car elles peuvent être piratées” a expliqué un représentant de la résidence présidentielle à RTL, information reprise par Slate.fr.

Il va donc maintenant falloir voir ce que décide le gouvernement quant à l’avenir de la Hadopi. Car aux dernières nouvelles, le président souhaitait que soit envisagée le filtrage du réseau pour bloquer les sites de streaming. Un rapport doit être remis à ce sujet par la Hadopi sous trois mois…

 

Source : PCWorld

Les commentaires sont fermés.