Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Alors que l’année 2015 touche à sa fin, le moment du bilan pour Google est venu. Résultat des comptes, le géant de la recherche en ligne a été contraint de déréférencer plus de 550 millions de liens en 2015. Pourtant, les ayants droit (qui sont parmi les plus gros demandeurs) ne semblent pas pour autant trouver cela très efficace…

Google est souvent pointé du doigt comme étant le moyen le plus simple et direct d’accéder à des sites de piratage. C’est dans cet optique que Google reçoit quotidiennement plusieurs centaines de milliers de requêtes dites « DMCA », toutes relatives au copyright. Le principe est simple : dès que les ayants droit découvrent une page permettant d’accéder illégalement à une œuvre protégée, ces derniers vont en demander le retrait des résultats du moteur de recherche (déréférencement). Bien entendu, on comprend aisément les limites d’une telle démarche, puisque tous les pirates ne passent pas par Google pour accéder à leurs sites préférés où ils se fournissent en contenus…

dmca-google-report-2015.fwUne hausse globale de 60 %

Au cours de cette année, Google aura ainsi été enjoint à retirer plus de 558 millions de liens, contre 345 millions pour 2014. C’est donc un bond de 60 %, comme l’indique le site spécialisé TorrentFreak à partir des données fournies par le moteur de recherche, ne fait que souligner une fois de plus l’attrait des ayants droit pour cette procédure. Selon NextInpact, une hausse de 55 % avait déjà été enregistrée entre 2013 et 2014, plus légère que celle de 400 % entre 2012 et 2013.

Bitdefender

Quoi qu’il en soit, le cap symbolique du milliard de demandes de retrait a été allègrement dépassé cette année, dès le mois d’octobre !

 

Source : NextInpact

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, note : 4,00 sur 5)
Loading...

Mots clés : , , ,


Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.