Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

« Laissez tomber Dropbox, Facebook et Google » a récemment conseillé Edward Snowden. Une nouvelle enquête de F-Secure confirme ses propos et prouve que de nombreux internautes sont prêts à faire le pas, pour des services plus sécurisés.

Suite aux déclarations d’Edward Snowden, qui recommande de laisser tomber Dropbox, Facebook et Google au profit de services plus sécurisés et confidentiels, F-Secure dévoile les résultats d’une enquête* qui conforte ses propos. Ce sondage est constitué de témoignages d’internautes de six pays : il en ressort que la majorité a déjà changé certaines de ses habitudes sur Internet suite à l’augmentation des nombreux problèmes de confidentialité ces derniers mois.

Lors d’une récente interview, Snowden a mis en garde les téléspectateurs, en insistant sur le fait que les services Internet les plus populaires sont dangereux et doivent être évités.** Il s’avère que 53% des internautes déclarent être prêts à se passer de services comme Google au profit de services concurrents pour éviter le profilage basé sur la recherche. 56% des interrogés avouent être plus prudent envers les services Internet américains depuis l’an dernier. 46% seraient d’accord pour payer afin de s’assurer qu’aucune de leurs données personnelles ne transitent via les États-Unis. Enfin, 70% se disent préoccupés par la surveillance de masse exercée par les agences de renseignement dans les pays dans lesquels leurs données peuvent transiter.

68% des interrogés essayent de protéger leur vie privée au moins une partie de leur temps passé sur la toile, grâce à l’utilisation de la navigation privée ou en chiffrant leur connexion. 57% des sondés affirment également ne pas être d’accord avec les entreprises qui utilisent leurs données en échange d’un service gratuit.

Bitdefender

L’Allemagne, le Brésil et les Philippines ont montré de plus hauts niveaux de préoccupation au sujet de la confidentialité de leurs données. Si la moyenne est de 56%, on a des résultats très divers. 45% au Royaume-Uni, 47% aux États-Unis et 49% en France, et même plus de 60% en Allemagne et 67% au Brésil et aux Philippines donnent pour principale raison l’augmentation des préoccupations sur la confidentialité des données.

« Les résultats de cette enquête montrent que l’opinion publique est en train de changer », déclare Samu Konttinen, Executive Vice President, Consumer Security chez F-Secure. « Les internautes se sentent concernés, les messages commencent à passer. L’industrie de la sécurité informatique est un univers où l’éthique et la confiance sont primordiales, et beaucoup de nos confrères sont maintenant compromis. Pour les internautes qui sont prêts à utiliser plus de services privés et entièrement sécurisés, F-Secure propose des solutions sans backdoors. » F-Secure, pionnier de 26 ans du secteur de la sécurité, est en effet originaire de Finlande, un pays avec des lois très importantes sur la protection de la vie privée.

*Le sondage « F-Secure Consumer Values Studies 2014 » est constitué d’entretiens en ligne réalisé auprès de 4.800 personnes originaires de six pays, avec 800 interrogés par pays: États-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Brésil et les Philippines. L’étude a été conçue avec Informed Intuitions. Les données ont été recueillies par Toluna Analytics en Juillet 2014.

**CF la video interview de Edward Snowden avec le « New Yorker », du 11 octobre 2014

 

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, note : 4,00 sur 5)
Loading...

Mots clés : , , , , , , , ,


Vos réactions

Ils parlent du sujet :

  1. Enquête F-Secure : Après Snowden, ...

    […] "Laissez tomber Dropbox, Facebook et Google" a récemment conseillé Edward Snowden. Une nouvelle enquête de F-Secure confirme ses propos et prouve que de nombreux internautes sont prêts à faire le pas, pour des services plus sécurisés.  […]





Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.