Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Dans un document au format PDF listant les principales menaces pour 2013, l’éditeur de logiciels de sécurité américain McAfee considère que la nature même d’Anonymous va contribuer à faire décliner la popularité du mouvement. La communauté est désormais trop éparpillée, trop large, trop hétérogène pour produire un message clair et cohérent.

PIA VPN

« Les sympathisants d’Anonymous souffrent. Trop d’opérations floues ou désorganisées ont en-tâché sa réputation. En plus de cela, la désinformation, les fausses allégations et les actions de piratage pur vont rendre le mouvement politiquement moins visible que par le passé« , estime l’entreprise, connue pour son logiciel antivirus (et son fondateur en cavale).

Selon McAfee, le déclin d’Anonymous est également causé par son mangue d’innovation et son incapacité apparente à renouveler son mode opératoire. De façon générale, la manière d’agir du collectif n’a pas vraiment évolué ces dernières années. Autrement dit, les entreprises peuvent résister plus efficacement aux assauts des internautes et les interruptions de services ne durent jamais bien longtemps.

« Dans la mesure où le niveau de sophistication technique des attaques d’Anonymous a stagné, tout comme ses tactiques, les victimes potentielles les comprennent mieux, réduisant ainsi le taux de réussite du collectif« , développe McAfee. L’éditeur estime qu’Anonymous cédera peu à peu le pas à des groupes aux effectifs plus minces, mais plus radicaux avec des objectifs politiques clairs et des actions plus musclées.

Cela fait penser au groupe de pirates turcs RedHack démantelé il y a un mois environ

 

Source : Numerama

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, note : 4,00 sur 5)
Loading...

Mots clés : , , , , ,

Recherches en relation :

  • anonymous 2013

Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.