Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

En Allemagne, un producteur de films pornographiques a réussi à obtenir les adresses IP de dizaines de milliers de spectateurs de ses vidéos, accusés de les avoir regardées par le biais du site RedTube, n’ayant pas payé les droits. Il leur demande à chacun 250 euros d’indemnité. Les adresses IP pourraient avoir été collectées par un spyware.

Voila une information qui surprend ! En Allemagne, entre 20 000 et 30 000 internautes ont reçu des mises en demeure leur intimant de payer 250 euros d’amende à un producteur de films pornographiques, pour éviter une plainte déposée au tribunal. Il leur est reproché d’avoir regardé en août 2013 au moins un film XXX diffusé en streaming sur le site RedTube, alors que ce dernier n’avait pas l’autorisation de le diffuser. Or en principe, contrairement aux réseaux P2P qui sont par nature public, il est absolument impossible pour un tiers de connaître les adresses IP et donc les identités des internautes qui utilisent des sites de streaming. Et pourtant.

Officiellement, le cabinet d’avocats aurait obtenu les adresses IP par le logiciel Gladii 1.1.3 fourni par la société américaine itGuards Inc. Mais celle-ci ne s’attaque qu’aux réseaux P2P, comme c’est le cas en France avec TMG qui collecte les adresses IP destinées à l’Hadopi.

HMA Pro VPN

Selon des informations relayées par le magazine allemand Chip.de, mais qui ne sont pas confirmées, les adresses IP auraient en fait été obtenues par l’intermédiaire un logiciel espion (un spyware), installé à l’insu de l’internaute qui croyait installer autre chose, comme une barre à outils ou un add-on quelconque, de quoi rappeler l’importance d’installer un anti-spyware. C’est ce logiciel malveillant qui aurait surveillé les visites des victimes sur RedTube, et transmis leur adresse IP aux avocats du producteur. La technique fait froid dans le dos non ?

Ce dernier n’avait plus alors qu’à demander leur identification par les FAI auprès d’un tribunal, ce qui a été fait, et à jouer sur la honte des amateurs de porno pour encaisser un joli chèque de la part de l’internaute qui veut autant de discrétion que possible. Et tant pis si la légalité du procédé de collecte et d’identification des adresses IP est au minimum discutable, voire carrément condamnable. Les données apportées devant la Justice se doivent d’avoir été collectées en toute légalité, ce qui n’est absolument pas le cas ici ! Encore un exemple d’abus, flagrant, qui frôle le chantage pratiqué par certains logiciels malveillants de type ransomwares.

Rappelons tout de même que regarder un contenu en streaming n’est en aucun cas illégal pour le spectateur, c’est le diffuseur qui est responsable du contenu qu’il met à disposition en ligne.

 

Source : Numerama

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, note : 4,00 sur 5)
Loading...

Mots clés : , , , , , , , ,


Vos réactions
  1. Alex Ip

    Expliqué comme ça, ça parait être une méthode illégal de raquette quand bien même le raquetté est aussi dans l’illégalité. D’autant que relier l’adresse IP à un internaute n’est autorisé que pour une enquête de justice.

Ils parlent du sujet :

  1. […] En Allemagne, un producteur de films pornographiques a réussi à obtenir les adresses IP de dizaines de milliers de spectateurs de ses vidéos, accusés de les avoir regardées par le biais du site RedTube, n’ayant pas payé les droits. Il leur demande à chacun 250 euros d’indemnité. Les adresses IP pourraient avoir été collectées par un spyware.Voila une information qui surprend ! En Allemagne, entre 20 000 et 30 000 internautes ont reçu des mises en demeure leur intimant de payer 250 euros d’amende à un producteur de films pornographiques, pour éviter une plainte déposée au tribunal. Il leur est reproché d’avoir regardé en août 2013 au moins un film XXX diffusé en streaming sur le site RedTube, alors que ce dernier n’avait pas l’autorisation de le diffuser. Or en principe, contrairement aux réseaux P2P qui sont par nature public, il est absolument impossible pour un tiers de connaître les adresses IP et donc les identités des internautes qui utilisent des sites de streaming. Et pourtant.  […]





Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.