Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

En ce début d’année 2018, le Bureau du représentant américain au commerce a mis à jour sa liste noire de plateformes et marchés pour du piratage et de la contrefaçon. La France est en outre citée dans le rapport.

HMA Pro VPN

Alors que des sites Web visés par les ayants droits (la Motion Picture Association of America et la Recording Industry Association of America) avaient été récemment proposés, voici que l’USTR américain vient de mettre à jour sa fameuse liste noire. Surprise, la France y est présente, notamment par le biais du site 1fichier.com, hébergé sur le territoire national !

Au total, la liste présente 25 marchés en ligne et 18 marchés physiques dans le monde favorisant la contrefaçon d’œuvres et le piratage. L’administration Trump assure par ailleurs vouloir durcir la lutte contre ces marchés, qui impactent directement l’économie américaine.

Le rapport complet 2017 peut être consulté à cette adresse au format PDF.

Si l’on y jette un œil, on retrouve des noms de plateformes qui ne sont pas inconnues, tant en terme de cyberlockers, trackers torrents ou de de sites de streaming : 1fichier.com, 4shared.com, Convert2mp3.net, Movshare, Dopefile.pk, Fmovies.is, Movie4k.tv, Openload.co, Rarbg.to, Rapidgator.net, Taobao.com, The Pirate Bay, Uploaded.net, etc…

On notera que la France a bien sa place dans cette liste, par le biais de l’hébergeur de fichiers 1fichier.com, déclaré comme « un service hébergé et populaire en France et mettant à disposition des copies illégales de jeux vidéo et autres contenus protégés par copyright« . De même, l’hébergeur Firestorm-Servers.com basé en Russie est indiqué comme populaire en France.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, note : 1,00 sur 5)
Loading...

Mots clés : , , , , , , ,


Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.