Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Bruce Schneier, un expert américain largement reconnu de la sécurité informatique, a récemment révélé que les infrastructures critiques, les piliers d’Internet, essuyaient, depuis plusieurs mois, des cyberattaques. L’Internet mondial est-il menacé dans sa globalité ?

Guerre globale, cyberguerre & e-menaces

Les récentes révélations de cet expert à propos du réseau mondial ont de quoi inquiéter… C’est dans un article intitulé « Quelqu’un est en train d’apprendre comment détruire Internet » que l’expert et écrivain Bruce Schneier explique que des grandes entreprises chargées du fonctionnement même d’Internet lui ont confié, sous couvert d’anonymat, qu’elles avaient constaté des vagues d’attaques par déni de service distribué (DDoS, ndlr) ressemblant à une sorte de harcèlement.

« Au cours des deux dernières années, quelqu’un a été sondé les défenses des entreprises qui exécutent des tâches critiques d’Internet. Ces sondes prennent la forme d’attaques précisément calibrées destinées à déterminer exactement comment ces entreprises spécifiques peuvent se défendre, et ce qui serait nécessaire pour les faire tomber. Nous ne savons pas qui fait cela, mais il cela semble être un grand État-nation. La Chine ou la Russie seraient mes premières suppositions.« , explique l’expert dans son article.

Parmi les cyberattaques relevées, elles cibleraient toutes des points névralgiques du Net : d’un côté les entreprises gérant les principaux « tuyaux » d’Internet transportant massivement les données du trafic mondial, mais aussi les entreprises responsables des noms de domaines de premier niveau (notamment Verisign).

CyberGhost VPN Promo

Selon Bruce Schneier, actuel directeur de la technologie de Resilient, une société d’IBM, ces cyberattaques très ciblées et réfléchies proviendraient obligatoirement d’un « acteur étatique » comme pourrait l’être la Chine par exemple. Le but de la manœuvre ? Deux possibilités selon le chercheur en sécurité : soit préparer une cyberattaque massive sur les points cruciaux du réseau Internet (une sorte de calibration d’armes cybernétiques), soit une sorte d’évaluation des capacités d’attaques et de résistance du réseau Internet, afin d’en connaître les limites exactes, ce qui pourrait être exploité dans le futur… À titre de comparaison, Bruce Schneier fait un parallèle avec la Guerre Froide, lorsque des avions américains étaient envoyés dans le ciel soviétique pour que la défense anti-aérienne soviétique se mette en alarme, et permette aux Américains de la cartographier.

Actuellement, Internet a tellement pris d’envergure, que certains pays ont pris en compte ce réseau dans leurs plans d’urgence en cas de conflit. Pour une partie d’entre eux (dont la Chine d’après l’expert), faire tomber Internet en cas de conflit pourrait être souhaitable. En se faisant, l’ensemble de l’Internet occidental serait paralysé, tant les sites Web américains qu’Européens. Par contre, un pays comme la Chine pourrait continuer à maintenir son infrastructure réseau nationale étant donné que le tout est géré en interne, avec des entreprises locales de gestion des domaines de bas niveau.

L’expert Bruce Schneier a déclaré qu’il attend l’avis de la NSA, qui doit certainement en savoir plus sur ce sujet critique, mais n’ayant cependant rien laissé filtré pour le moment.

 

Sources : FranceTVInfoBruce Schneier

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, note : 4,00 sur 5)
Loading...

Mots clés : , , , , , ,


Vos réactions
  1. Vincent

    Les oiseaux continueront de chanter, les plantes de pousser et les humains de s’aimer.

Ils parlent du sujet :

  1. Licencecom | Pearltrees

    […] Qui se dote de l'apocalypse numérique ? Soyez le premier à réagir ! Qui en veut à Internet ? Quelqu'un veut détruire le web. Qui en veut à Internet ? Selon un expert, le réseau Internet serait menacé. […]





Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.