Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Fruit d’une longue réflexion, un centre européen de lutte contre la cybercriminalité vient d’être créé par la Commission européenne.

Le 28 mars 2012, la Commission européenne a annoncé “la mise en place d’un centre européen de lutte contre la cybercriminalité” qui sera intégré à Europol, l’Office européen de police. Le projet avait déjà été évoqué dans un rapport publié par la Commission des Communautés européennes en novembre 2008.

Mais l’entité européenne semble de plus en plus concernée par les effets de la cybercriminalité et le prouve en publiant des chiffres qui attestent de l’importance du numérique dans la vie quotidienne des Européens. Elle toucherait, selon les estimations, “chaque jour plus d’un million de personnes dans le monde” et coûterait annuellement “un total de 388 milliards de dollars au niveau international“.

Le centre européen de lutte contre la cybercriminalité se focalisera sur “les activités illicites en ligne menées par des groupes criminels organisés” […] “Plus particulièrement sur celles qui génèrent des profits considérables, comme la fraude en ligne impliquant le vol des identifiants des comptes bancaires et de cartes de crédits“.

ExpressVPN

Au-delà de cette tâche, le centre s’occupera également de la protection des “profils sur les réseaux sociaux pour prévenir l’usurpation d’identité sur Internet“, de la lutte contre “l’exploitation sexuelle des enfants en ligne“, ainsi que des attaques informatiques à “l’encontre d’infrastructures et de systèmes d’information critiques de l’Union“.

La tâche est énorme et le projet ambitieux… Et, au vu de l’actualité, il y a fort à parier qu’on en reparle bientôt.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore noté)
Loading...

Mots clés : , , , ,


Vos réactions
  1. CGNETWORK

    Ce n’est pas trop tôt.





Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.