Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Le plus grand registrar français, Gandi, a publié un guide très complet sur les processus liés au signalement et au traitement des contenus pédopornographiques sur Internet. Les FAI, les hébergeurs, les registrars et les éditeurs, tout y passe. A lire !

Voici un document plutôt intéressant proposé par la société française Gandi qui montre un travail remarquable et prônant la transparence sur un sujet sensible. Son titre :

“FAI, hébergeurs, registrars, éditeurs : comment ils signalent et traitent les contenus pédopornographiques ?”

ExpressVPN

Son slogan :

“Parce que la lutte contre la pédopornographie n’est pas un combat ordinaire, il apparaît important de résumer les bonnes pratiques en la matière pour ceux et celles qui peuvent être amenés dans le cadre de leurs responsabilités à côtoyer ces contenus.”

Le premier bureau d’enregistrement de noms de domaines français a contribué à la réalisation d’un guide de lutte contre la pédopornographie à destination des FAI, hébergeurs, registrars et autres acteurs du web qui pourraient être amenés à devoir traiter ces infractions. Un guide réalisé en collaboration avec des intervenants spécialisés de la Gendarmerie Nationale (Ntech) et de cyber-policiers de l’OCLCTIC, ainsi que les sociétés Free, Orange et Gandi ainsi que l’Association des Fournisseurs d’Accès. Un document disponible en téléchargement libre et gratuit, distribué sous licence Creative Commons.

Gandi explique qu’il est “issu d’une réflexion collective menée par la communauté des acteurs impliqués dans la lutte contre la pédopornographie, ce guide résume les bonnes pratiques en matière de signalement et de traitement de ces contenus“. Bravo à eux pour l’initiative.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, note : 4,50 sur 5)
Loading...

Mots clés : , , , , ,


Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.