Cybercriminalité – Le gouvernement souhaite renforcer la coopération

1

Depuis les attentats ayant frappés la France, le bilan des cyberattaques s’évalue à 25 000 sites français piratés. Des ministres souhaitent un renforcement de la coopération face à la cybercriminalité et au cyberterrorisme.

C’est en substance ce que demandent les ministres français et allemand de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve et Thomas de Maizière, qui ont plaidé mardi à Lille pour un renforcement de la coopération entre leurs deux pays et à l’échelle internationale face à la cybercriminalité et au cyberterrorisme.

Cyberattaques ciblées en grand nombre

Le dernier chiffre officiellement communiqué par le ministre de l’Intérieur est à couper le souffle : plus de 25 000 sites Web français ont été piratés en quelques jours, à la suite des tueries qui ont touchés Charlie Hebdo, une supérette Casher et des forces de l’ordre. Les cyberattaques ont démarré dès le surlendemain, le 9 janvier 2015.

La plupart de ces actes sont signés par des pirates djihadistes ou se revendiquent de Daech.

Une riposte commune

Il est nécessaire que notre riposte soit commune, européenne, internationale. Nous sommes tous confrontés au même défi“, a déclaré M. Cazeneuve, lors de son allocution en ouverture de la 7e conférence sur la cybersécurité qui se déroule jusqu’à mercredi dans la capitale des Flandres sur le thème de la transformation numérique.

Les attentats que nous avons affrontés ont, eux aussi, largement démontré la centralité de la cybersécurité“, a-t-il poursuivi, évoquant les propositions en matière de lutte antiterroriste qui doivent être présentées mercredi au conseil des ministres.

Adapter notre sécurité à la menace, c’est un sujet majeur de réflexion parmi les services de renseignement européens“, a-t-il ajouté, en remerciant M. de Maizière d’être “venu nous apporter son soutien dans cette période particulièrement difficile où la France fait face à une crise sans précédent“.

M. Cazeneuve a souligné que les groupes jihadistes voyaient dans l’internet un excellent moyen de “propagande” et de “recrutement”.

La France et l’Allemagne collaborent déjà en matière de cybercriminalité mais cela pourrait être poussé beaucoup plus loin selon le ministre, notamment entre le BSI (Bundesamt für Sicherheit in der Informationstechnik) et l’ANSSI” (Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information).

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.