Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Le cheval de Troie malveillant BankBot a été injecté dans des applications utilisées quotidiennement, compromettant ainsi les applications bancaires des utilisateurs à leur insu.

Tribune par Nikolaos Chrysaidos, Head of Mobile Threat Intelligence & Security chez Avast, Niels Croese, CTO chez SfyLabs, et Lukas Stefanko Malware, Analyst chez ESET – 

HMA Pro VPN

L’équipe de recherches de menaces mobiles d’Avast a récemment collaboré avec des chercheurs d’ESET et de SfyLabs pour examiner une nouvelle version de BankBot, un logiciel malveillant (malware) d’application mobile bancaire qui s’est inséré dans Google Play à de nombreuses reprises cette année. Il cible ainsi les applications de banques telles que WellsFargo, Chase, DiBa et Citibank, ainsi que leurs utilisateurs en France, aux États-Unis, en Australie, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Pologne, en Espagne, au Portugal, en Turquie, en Grèce, en Russie, en République dominicaine, à Singapour et aux Philippines.

Au cours d’une première campagne, cette nouvelle version de BankBot s’est cachée dans des applications à priori fiables pour inciter les utilisateurs à les télécharger. Une seconde campagne a ensuite ciblé des jeux de Solitaire et une application de nettoyage, qui ont diffusé d’autres types de malwares appelés Mazar et Red Alert. Cependant, au lieu de divertir ou d’aider leurs utilisateurs, ces applications les espionnent, collectent leurs coordonnées bancaires et volent leur argent.

Google a supprimé les versions antérieures des applications BankBot du Play Store en quelques jours. Cependant, plusieurs versions sont restées actives jusqu’au 17 novembre, un délai suffisant pour que ces applications infectent des milliers d’utilisateurs.

Google a mis en place des mesures de numérisation et de validation pour toutes les applications soumises au Play Store, afin de s’assurer qu’aucun programme malveillant n’y soit disponible. Mais dans leurs dernières campagnes, les auteurs des applications bancaires mobiles de type cheval de Troie ont commencé à utiliser des techniques avancées pour contourner ces détections automatisées. Les activités malveillantes commencent alors deux heures après que l’utilisateur a donné des droits d’administrateur à l’application. En outre, ils ont publié des applications sous différents noms de développeurs, une technique souvent utilisée pour contourner les contrôles de Google.

Ces activités malveillantes comprennent aussi l’installation d’une fausse interface utilisateur, qui se place sur l’application bancaire lorsque l’utilisateur l’ouvre. Dès que les coordonnées bancaires sont saisies, elles sont donc collectées par le criminel. De plus, dans certains pays, les banques utilisent des numéros d’authentification de transaction (ou TAN, transaction authentication number), une forme d’authentification à deux facteurs nécessaire pour effectuer des transferts en ligne, souvent utilisée par les banques européennes. Les auteurs de BankBot interceptent le message texte de leurs victimes qui inclut le TAN mobile, ce qui leur permet d’effectuer des virements bancaires pour le compte de l’utilisateur.

« Une nouvelle version du cheval de Troie BankBot a été ajoutée à Google Play en octobre et en novembre, déguisée en lampe de poche, en jeux et en applications de nettoyage, assure Nikolaos Chrysaidos, Head of Mobile Threat Intelligence & Security chez Avast. Les cybercriminels ciblent environ 160 applications bancaires aux États-Unis, en Amérique latine, en Europe et dans la région Asie-Pacifique. Bien que Google supprime rapidement les programmes malveillants de Google Play, le problème est que les applications infectées par le cheval de Troie BankBot ont été en mesure de contourner ses contrôles de sécurité. Il est essentiel que les utilisateurs installent une application de sécurité sur leur téléphone pour les protéger de BankBot et d’autres chevaux de Troie bancaires. Ils doivent également être vigilants lorsqu’ils utilisent une application bancaire et rechercher des modifications inhabituelles à l’interface de l’application. L’ajout d’une sécurité supplémentaire, avec une authentification à deux facteurs lors de la connexion, est également conseillé. Les utilisateurs ne doivent compter que sur les app stores reconnus et de confiance pour télécharger des applications. Même si le malware était présent dans Google Play, son deuxième composant, la charge utile des logiciels malveillants, a été téléchargé à partir d’une source externe. »

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore noté)
Loading...

Mots clés : , , , , ,


Vos réactions