Des chercheurs créent un Cheval de Troie « hardware »

0

Le malware échappe à toutes formes de détection utilisées actuellement. Après le scandale Lenovo, des chercheurs ont remis à l’ordre du jour la question sur les chevaux de Troie niveau matériel d’une manière qui soulève de nombreuses interrogations et pourrait même susciter de la panique chez certains.

Rappelez-vous lorsque les services secrets américains tiraient la sonnette d’alarme à propos des PC Lenovo, accusant ceux-ci d’embarquer des espions ultrasophistiqués à la solde du gouvernement chinois. La firme était accusée d’avoir inséré des backdoor dans l’électronique des produits qu’elle livrait à ses consommateurs.

Les techniques conventionnelles d’insertion de chevaux de Troie (trojan, ndlr) au niveau matériel passent par l’addition d’un circuit électronique intégré au sein d’un composant électronique comme les processeurs et autres.

Cependant, ces techniques sont rapidement mises en difficulté lors des inspections de routine des composants électroniques. C’est ainsi que des tests fonctionnels réalisés sur une puce permettent de détecter des défauts de fabrication, ou encore la technique de l’ «Optical-reverse ingeneering» qui permet de comparer les images obtenues de deux composants électroniques dont un étalon (libre de toute modification malicieuse) et l’autre de test (celui suspecté de contenir un circuit malicieux) par un microscope électronique à la recherche de différences.

La méthode d’insertion des chevaux de Troie des chercheurs a cette particularité qu’elle agit directement sur le dopant du silicium (abondant dans les circuits intégrés et éléments atomiques des transistors). Ce changement est tellement discret que les méthodes de détection standards ne peuvent le déceler. Il semble tout simplement inexistant.

Afin de démontrer l’efficacité de leur nouveau procédé, les chercheurs l’ont testé sur la fonctionnalité de génération des nombres aléatoires (RNG) des processeurs de type Ivy Bridge d’Intel. Ils ont réussi ainsi à diminuer la sécurité des nombres aléatoires générés (nécessaire pour la création des clés de chiffrement) par le processeur de 128 bits à n (ou n constitue un entier dont les chercheurs décident de la valeur).

 

Source : Developpez.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.