Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Proofpoint vient de dévoiler son rapport trimestriel Q2 2018, mettant en lumière les dernières tendances en matière de cyber-menaces.

Si certaines tendances déjà observées en début d’année se sont confirmées, on note aussi le retour marqué de ransomware dans les emails, sans toutefois atteindre la criticité atteinte en 2016 et 2017.

PIA VPN

Parmi les principales menaces de ce trimestre, on retiendra :

  • Une intensification des attaques par e-mail
    • Après avoir été presque absents des campagnes malicieuses d’email au premier trimestre, les ransomware ont fait leur retour, avec notamment GandCrab, Sigma et GlobeImposter.
    • Malgré ce retour des ransomware, ce type d’attaque n’a représenté que 11% des attaques par email, derrière les chevaux de Troie bancaires (42%), les téléchargements (25%) et les vols d’identifiants (17%).
    • Les attaques BEC (Business Email Compromission – attaques de la messagerie d’entreprise) ont augmenté de 87% en un an. Les industries les plus touchées au second trimestre ont été le Retail, la Santé et le Secteur public.
  • Une explosion des attaques Web
    • Alors que les menaces liées aux kits d’exploitation déclinent, les attaques web incluant notamment de faux antivirus et des mises à jour de plug-ins de navigateurs ont augmenté de 500% par rapport au 1er trimestre.
    • Autre menace sur le web : Le crypto-jacking, procédé qui consiste à miner des crypto-monnaies est également en forte hausse, de 460%, par rapport au 1er trimestre.
  • Une expansion de la fraude sur les réseaux sociaux
    • Après une hausse de 200% au 1er trimestre, la fraude sur les réseaux sociaux, également appelée « angler phishing » a encore augmenté de 38% au 2nd trimestre.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore noté)
Loading...

Mots clés : , , , , ,


Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.