Grooveshark ferme officiellement ses portes (MaJ)

0

Et voila, comme il fallait s’y attendre, c’est fini pour Grooveshark. Le service de musique en ligne ferme ses portes, après plusieurs années de bataille judiciaire avec les ayants droits. Les fondateurs de la plateforme présentent leurs excuses et font part de leurs erreurs. Un accord a été trouvé avec les majors.

Edit du 06 mai 2015 : Grooveshark est mort, mais Grooveshark.io est vivant. Basé sur le fork open source d’une ancienne version du site de streaming musical gratuit, son successeur aurait déjà récupéré 90 % du contenu du défunt. En savoir plus sur Numerama.

L’histoire s’arrête là pour Grooveshark : après plus de sept ans d’activité, le service d’écoute de musique en ligne a préféré jeter l’éponge cette semaine plutôt que de continuer à se confronter à l’industrie musicale. Dans un message d’adieu, les fondateurs de la plateforme indiquent qu’un arrangement a même été trouvé avec les maisons de disques.

« Dans le cadre d’un règlement à l’amiable avec les majors de l’industrie du disque, nous avons accepté de cesser nos activités immédiatement, d’effacer toutes les œuvres protégées par des droits d’auteur encore en notre possession, de renoncer à la propriété du site, de nos applications mobiles et de notre propriété intellectuelle, incluant nos brevets et nos droits d’auteur« , lit-on sur le site officiel.

De son côté, la RIAA (Recording Industry Association of America), une association qui défend les intérêts des majors du disque aux USA, s’est félicitée du dénouement de l’affaire, d’autant que le message de Grooveshark contient des excuses ainsi que la reconnaissance par les propriétaires du service que celui-ci permettait d’enfreindre le droit d’auteur.

Il est précisé que les auteurs de Grooveshark s’exposeront à de fortes pénalités financières s’ils ne respectent pas l’accord qui a été conclu.

 

Source : Numerama

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.