Les chiffres de Kaspersky confirment que les entreprises qui collectent le plus de données sont Google, Meta et Criteo

0
111

Les sites internet, les TV connectées, les consoles de jeu et tous les appareils connectés collectent des données avec l’aide des traqueurs installés sur les sites ou les logiciels. Cela aide les entreprises à mieux comprendre leurs consommateurs et à améliorer leurs produits en analysant l’expérience utilisateur. D’un autre côté, les données collectées peuvent être utilisées pour prédire, et parfois même manipuler les besoins des utilisateurs. 

Tribune – Malheureusement, les politiques des entreprises sur ce qui est collecté, comment et pourquoi sont rarement transparentes. Les paramètres de confidentialité des moteurs de recherche et les extensions spéciales telles que Do not Track (DNT) de Kaspersky détectent les requêtes de suivi des sites et les bloquent. C’est ainsi que DNT collecte, avec le consentement de l’utilisateur, des données anonymisées sur les types de requêtes de suivi bloquées et leur fréquence. 

Les experts de Kaspersky ont donc observé attentivement et évalué ces données. Résultat : 6 services de traçage de données sont arrivés dans le top 25 des classements de toutes les régions étudiées. Quatre d’entre elles appartiennent à Google (Google Analytics, Google AdSense, Google Marketing Platform and YouTube Analytics). Les deux restantes appartiennent à Meta et Criteo. 

Anna Larkina, experte en sécurité chez Kaspersky, commente ce type de traçage par les fournisseurs : 

“ Seul un petit nombre d’entreprises internationales collectent des données partout dans le monde. Il s’agit des très célèbres Google et Meta, et du géant de la publicité Criteo, généralement moins connu par les utilisateurs. Plus la région ou le pays est distinctif sur le plan linguistique, économique et technologique, plus il est probable que les entreprises locales seront présentes sur le marché et pourront concurrencer les acteurs internationaux. Ces concurrents vont généralement au-delà de la publicité et du marketing et fournissent divers services en ligne sur leur marché national – du courrier électronique et de la messagerie instantanée à la livraison de nourriture. Mais lorsqu’il s’agit de collecter et d’analyser les données des utilisateurs, ils ont naturellement les mêmes objectifs que les acteurs internationaux. Malheureusement, les utilisateurs ne peuvent pas se protéger complètement contre le suivi – ils ne peuvent que minimiser la quantité de données qu’une entreprise collecte à leur sujet. « 

Les recommandations de Kaspersky pour moins de suivi de la part des entreprises : 

  • Utiliser un service VPN qui change l’adresse IP et ainsi brouille dans une certaine mesure le profil numérique que les marketeurs veulent créer

  • Installer des extensions de navigateurs comme DNT. Ils bloquent les traceurs pendant que vous naviguez sur Internet et empêchent les entreprises de découvrir quels sites sont en cours d’utilisation. 

  • N’accepter que la collecte des données de fonctionnement. 

En détail, les services détectés par Do not Track sont comme suit : 

Google

  • Google Marketing Platform (ex-DoubleClick) a la plus grande part dans le classement top 25 d’Asie du Sud (33%) et du Moyen Orient (33%) suivi par l’Afrique et l’Amérique Latine (25% chacun)

  • Google Analytics collecte des données sur les visiteurs de sites web et fournit aux clients des statistiques détaillées. Ce service est également à l’origine d’une grande partie des détections DNT dans le monde. Un examen de la part de Google Analytics dans les différentes régions montre un schéma similaire à celui de Google Marketing Platform. Google Analytics a reçu les plus grandes parts de détection en Asie du Sud (18 %), en Amérique latine (18 %), en Afrique (17 %) et au Moyen-Orient (16 %). 

  • Google AdSense a aussi eu ses taux les plus élevés au MOyen Orient (5%), en Afrique (5%), en Amérique Latine (4%) et en Asie du Sud (4%)

  • YouTube Analytics fournit aux blogueurs de YouTube des données sur leur audience recueillies et analysées par ses traceurs. Le Moyen-Orient (8 %), l’Asie du Sud (8 %), l’Afrique (6 %) et l’Amérique latine (5 %) ont à nouveau enregistré les parts les plus élevées.

Meta

  • Facebook Custom Audiences by Meta, qui fournit des services de publicité ciblée, était présent dans chacune des régions, tout comme les services de suivi de Google. Ces services collectent différents types de données sur les utilisateurs, les analysent et segmentent le groupe cible pour assurer un meilleur ciblage de la publicité. En termes de présence, les données montrent que Meta se classe deuxième derrière Google dans toutes les régions du monde. Les Custom Audiences de Facebook avaient les parts les plus importantes en Amérique latine (9 %) et en Océanie (8 %) et les plus faibles dans la Communauté des États indépendants (CEI) (2 %).

Criteo

  • Le dernier sur la liste des services de suivi découverts dans le monde est Criteo. Bien que Criteo soit un nom moins connu que Google ou Facebook, il s’agit en fait d’une grande société française de publicité. Elle offre une gamme de services allant de la collecte et de l’analyse des données des utilisateurs à la publicité elle-même. Les trackers Criteo ont été découverts le plus souvent en Europe (7 %), en Asie de l’Est (6 %) et en Amérique latine (5 %) 

Une question d’habitudes de navigation et de temps

Nous avons tous pris l’habitude de cliquer sur les boutons « Accepter les cookies » que nous voyons sur chaque page que nous visitons. En réalité, pour des raisons de temps et de facilité, la grande majorité d’entre nous clique sur « Accepter tout » sans se soucier de ce que cela signifie. La raison en est que l’entrave délibérée causée lors de la navigation fait que beaucoup d’entre nous privilégient la commodité à la sécurité. 

Mais s’est-on jamais demandé pourquoi les entreprises tiennent tant à ce que nous acceptions tout, ou même ce qui se passe réellement lorsque nous cliquons sur « Accepter tout » ? 

Tout d’abord, si des entreprises comme Meta et Google tiennent tant à suivre nos activités en ligne, c’est parce qu’elles peuvent utiliser et monétiser ces données à leur profit. L’expression « si vous ne payez pas pour le produit, vous êtes le produit » est très vraie ici. Ainsi, en nous facilitant l’acceptation de leurs cookies et de leurs politiques de suivi, ils nous guident sur la voie de la conformité à leurs conditions. Souvent, l’examen des cookies et leur modification sont laborieux et prennent du temps, ce qu’ils savent que nous essaierons d’éviter dans nos vies toujours plus trépidantes. 

Beaucoup d’entre nous peuvent penser « Quelle importance si je suis suivi ? » ou « Qui se soucie de ce que je fais en ligne ? ». Mais comment vous sentiriez-vous si votre voisin prenait note de vos allées et venues ? La situation n’est pas différente. Il est justifié de cibler les publicités et le marketing et de s’assurer que vous ne voyez que du contenu pertinent. Mais il n’en reste pas moins que vous devriez avoir le contrôle de tout cela, et ne pas être poussé à accepter quelque chose qui vous convient plutôt que de servir vos intérêts. Considérons également qu’une fois qu’une entreprise a recueilli ces données, elle a la responsabilité de les utiliser et de les stocker en toute sécurité afin qu’elles ne tombent pas entre de mauvaises mains. Ces dernières années, nous avons vu de nombreuses entreprises être victimes d’importantes violations de données. 

Il convient bien sûr de mentionner qu’une grande partie de ce problème pourrait être atténuée par une révision des réglementations relatives au suivi, c’est-à-dire si les entreprises étaient tenues d’être plus transparentes et plus simples dans la manière dont elles demandent les autorisations, ou si elles étaient tenues de proposer l’option « arrêt du suivi ». 

Pour en savoir plus sur le suivi et savoir qui sont les principaux traqueurs de nos mouvements, consultez le rapport de Kaspersky à l’adresse https://securelist.com/tracker-report-2021-2022/108079/