Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android
Bitdefender

La Nigerian Bitcoin Exchange se fait voler 15 000 dollars en Bitcoins. Tout le monde a vu la transaction se dérouler mais personne n’a été en mesure de l’empêcher.

Ejezie Sunday, le PDG de la Nigerian Bitcoin exchange, a perdu 15 000 dollars en bitcoins (soit 34.67 BTC ou plus de 12 000 euros). Des pirates informatiques ont pu s’emparer d’un transfert de fonds initié par le PDG, qui explique sa mésaventure à CoinTelegraph :

« J’ai immédiatement remarqué que l’opération était encore à confirmer. J’ai donc tenté par tous les moyens de contacter blockchain.info pour y mettre un terme. Malheureusement, je n’ai reçu aucune réponse, ni méthode pour stopper la transaction. J’ai regardé douloureusement que la transaction soit confirmée et que tous les fonds ne soient transférés dans les portefeuilles du pirate. »

Quelques heures plus tard, blockchain.info a répondu qu’il ne pouvait rien faire pour la Nigerian Bitcoin exchange :

« Bonjour, je suis vraiment désolé d’entendre cela, mais le réseau Bitcoin est fait pour rendre impossible les remboursements. Blockchain.info n’a jamais eu le contrôle sur les bitcoins détenus par les utilisateurs, qui détiennent à eux seuls 100% des droits sur leur monnaie virtuelle. Cela signifie que nous n’avons aucun pouvoir de stopper ou d’inverser la transaction. »

Toutefois, la plateforme Naira4Dollar continue son activité, après avoir renforcer le niveau de sécurité global en activant l’authentification à deux facteurs sur les wallets ainsi qu’un mot de passe secondaire. Le chiffrement des mots de passe a aussi été revu en passant en PBKDF2 (Password-Based Key Derivation Function 2).

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore noté)
Loading...

Mots clés : , , , , , ,


Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.