Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Lors d’un discours prononcé au commandement des opérations spéciales, Hillary Clinton a reconnu l’existence d’une équipe au sein du département d’État chargée de contrer la propagande de la mouvance Al-Qaïda. Le piratage de sites web est l’un de ses moyens d’action.

Bitdefender

La défiguration de sites web n’est pas l’apanage des seuls hacktivistes. C’est aussi une activité pratiquée par des services gouvernementaux, sur ordre du pouvoir politique. Au cours d’un discours devant les membres du commandement américain des opérations spéciales, Hillary Clinton a reconnu que ses services sont parfois amenés à altérer le contenu de sites web gérés par des membres de la mouvance Al-Qaïda.

La secrétaire d’Etat a ainsi évoqué une opération récente au cours de laquelle l’équipe mise en place a pu pénétrer sur les serveurs et placer une version modifiée des messages de propagande que publient régulièrement les partisans de la nébuleuse terroriste. À la place, ces sites ont affiché le bilan des morts au sein de la population yéménite suite aux attentats organisés par Al-Qaïda.

Et à entendre Hillary Clinton, ces changements ont leur petit effet sur le terrain. “Nous pouvons dire que nos efforts commencent à avoir un impact parce que des extrémistes font part de leur mécontentement et demandent à leurs sympathisants de ne pas croire tout ce qu’ils lisent sur Internet“, a-t-elle expliqué, sans rentrer davantage dans les détails.

 

Lire la suite de l’article sur Numerama.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore noté)
Loading...

Mots clés : , , , , , ,


Vos réactions
  1. jojo

    C’est un peu oe ole tous ça le plus important c’est les adresses IP,
    ça fait penser a la loi merah et aussi un peu au gouvernement assad
    avec eurs sites pishing.

    Le déphasage d’accord mais si il ont pas dumper a base il n’y a pas trop dintérrer.





Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.