Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Le Bitcoin est robuste mais son gros point faible se situe dans les plateformes d’échanges de crypto-monnaies. Cryptsy, l’un des principaux acteurs du marché après la fermeture précipitée de Mt.Gox, est aujourd’hui en grande difficulté financière et menace de ferme ses portes lui aussi, un an après le vol de 13 000 bitcoins par un pirate.

C’est aujourd’hui un fait officiel : Cryptsy, l’immense place d’échange dédiée à la crypto-monnaie, est sur le point de déposer le bilan, plus d’un an après le vol de 13 000 bitcoins  et de 300 000 litecoins par un cybercriminel.

Escalade et chute brutale

PIA VPN

Pourtant, après la chute brutale de Mt.Gox, fin 2013, Cryptsy avait était rapidement devenue la plus importante place d’échange, où plus d’une centaine de crypto-monnaies différentes sont acceptées pour réaliser des transactions sécurisées en échange de devises standards.

Tout se passait pour le mieux et la plateforme grandissait rapidement… Or, le 14 janvier dernier, Cryptsy a annoncé officiellement le gel complet des transactions sur son site, ainsi que le gel des retraits pour l’ensemble des utilisateurs. Dans un billet de blog, le fondateur explique la situation critique de l’entreprise : fin juillet 2014, le développeur d’une petite crypto-monnaie serait parvenu à récupérer illégalement une bonne partie des actifs de Cryptsy via une porte dérobée. Pas de détails supplémentaires…

6,5 millions de dollars de perte

Au total, le pirate aurais mis la main sur près de 13 000 bitcoins et 300 000 litecoins, soit un préjudice total approchant des 6,5 millions de dollars d’après les cours respectifs au moment de l’annonce. Point critique dans cette affaire, la plateforme Cryptsy n’a même pas informé les utilisateurs de l’énorme casse dont elle a été victime ! Faute impardonnable ?

Le fondateur tente de justifier sa faute :

 « Cryptsy rapportait plus d’argent qu’elle n’en dépensait, et nous avions toujours des réserves de ces crypto-monnaies en main. Nous avons alors pris la décision d’utiliser ces profits pour remplir à nouveau nos portefeuilles. Cela a marché pendant un temps, mais quand nos bénéfices se sont réduits nous avons limité nos dépenses. Ce jusqu’à la parution d’un article sur Coinfire qui contenait de nombreuses fausses accusations, et les choses ont commencé à s’effondrer. L’article a tout simplement causé un pic de retraits, et comme nous n’avions pas assez de réserves, les problèmes ont commencé. »

L’article en question de Coinfire (depuis rebaptisé 99bitcoins), faisait référence à une « enquête fédérale » autour de Cryptsy. Au total, il manquerait environ 10 000 bitcoins à l’entreprise pour remettre l’entreprise à flots, soit 4,3 millions de dollars au cours du Bitcoin le 14 janvier. Trois options sont évoquées pour tenter de résoudre la crise :

  1. Mise en faillite de la société
  2. Un repreneur qui serait prêt à reboucher un trou de plus de 4 millions de dollars
  3. Récupéré les fonds volés, toujours présents sur la même adresse BTC depuis le vol.

Ce nouveau cas critique lié au Bitcoin montre bien le gros problème de l’inexistence d’une quelconque régulation de la monnaie virtuelle…

Cryptsy entraîne une dévaluation du Bitcoin

Le jour de l’annonce de Cryptsy, le 16 janvier, beaucoup ont remarqué la chute brutale du cours du Bitcoin, y compris sur les autres plateformes de change internationales : environ moins 15 %. Cela reste toutefois moins important que lors de la disparition de Mt.Gox et du vent de panique qui en a résulté... D’ailleurs, quelques jours après, le cours du BTC est de nouveau en progression.

bitcoin-cours

 

Source : NextInpact

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, note : 5,00 sur 5)
Loading...

Mots clés : , ,

Recherches en relation :

  • cours crypto monnaie
  • cryptsy bitcoin

Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.