Bioware piraté à son tour !

1

L’hécatombe continue avec cette fois le studio d’EA qui tombe sous le joug des pirates. Décidément, cette semaine est terrible pour les données personnelles des gamers…

Pour une raison plutôt obscure, les pirates continuent de s’en prendre à l’industrie du Jeu Vidéo avec Electronic Arts qui est la nouvelle victime. Ou plutôt Bioware, puisque les serveurs associés à la communauté NeverWinter Nights viennent de subir une intrusion. Résultat des courses : les pirates ont accédés aux infos de 18.000 comptes, un petit pourcentage du nombre total d’utilisateurs nous dit Bioware. Noms des comptes, mots de passe, adresses email et dates de naissances sont ainsi potentiellement tombés dans l’escarcelle des intrus, mais Bioware assure qu’aucune donnée bancaire n’a été touchée et que leurs serveurs ne contenaient aucune information sensible (numéro de sécurité sociale…).

Le reste du billet sur les forums de Bioware est consacré aux mesures de sécurité prises par le spécialiste du jeu de rôles. Les comptes touchés ont soit été désactivés, soit vu leur mot de passe être réinitialisé. Bioware a également envoyé un mail à toutes les personnes touchées pour les prévenir de la situation. Enfin, la société rappelle qu’il est bon de modifier régulièrement ses mots de passe en ligne, et que si vous utilisiez ce même mot de passe sur d’autres sites, il faut en changer.

Reste maintenant une dernière question : qui est derrière cela ? Un hacker indépendant ? Anonymous ? LulzSec ? Ces derniers n’ont en tout cas rien revendiqué pour l’instant sur leur Twitter, mais on mettrait bien une petite pièce sur eux vu leur excitation actuelle.

 

Source : Jeux Vidéos Network

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.