L’e-G8 réunit les géants du Web à Paris

0

C’est aujourd’hui que début pour deux jours l’e-G8, préambule au G8 de Deauville. Ce rassemblement voulu par Nicolas Sarkozy lui permettra d’exposer son « Internet civilisé » et de s’entretenir avec les plus grands patrons technologiques mondiaux.

Mark Zuckerberg, Eric Schmidt, Rupert Murdoch, tous les patrons ou presque des plus grandes entreprises numériques mondiales seront présents à l’e-G8 qui commence ce matin en plein coeur du jardin de Tuileries. Ils pourront ainsi s’entretenir avec bon nombre de responsables politiques comme Christine Lagarde, Éric Besson ou encore Frédéric Mitterrand.

Internet civilisé contre Internet libre et ouvert

Dans son discours de ce matin, Nicolas Sarkozy devrait ainsi défendre sa théorie de l’« Internet civilisé » qu’il défend depuis plusieurs mois et dont on dit qu’il en a convaincu Barack Obama. Organisé par Publicis et parrainé par plusieurs grandes entreprises comme Orange, Vivendi, Iliad Free Fondation, Microsoft, eBay ou Google, l’évènement fait déjà couler beaucoup d’encre sur son orientation.

Beaucoup de défenseurs d’un Internet libre et ouvert considèrent ce sommet comme d’ores et déjà biaisé. Ainsi, la Quadrature du Net le voit « comme un écran de fumée pour masquer le contrôle accru des gouvernements sur Internet ». L’organisation Internet Gouvernance Caucus considère qu’il est anormal que l’e-G8 soit « organisé par le secteur privé et que l’accès soit donné aux seuls acteurs des entreprises privées et des gouvernements. Nous avons aussi compris qu’il y a un lien entre les sponsors et les invitations ». Simple forum de rencontres économiques et politiques ou réelle rencontre autour de la problématique des libertés sur Internet ? Réponse dans deux jours.

 

Source : Tom’s Guide FR

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.