Journée de la protection des données

2
RGPD - DPO

Ce vendredi 22 janvier se tiendra la 15e édition de la Journée européenne de la protection des données, initiée par le Conseil de l’Europe en 2007. La réforme de la protection des données a changé le monde à jamais. En ce début d’année 2022, les entreprises sont confrontées à un monde plus audacieux qui exige plus de responsabilité et de fiabilité. Les mesures prises récemment par plusieurs pays pour renforcer les droits des consommateurs en matière de protection de la vie privée et de traitement des données (comme la loi chinoise sur la protection des informations personnelles) auront une influence mondiale considérable sur les droits à la vie privée et les pratiques liées à la protection des données.

A cette occasion, voici le commentaire d’Olivier Tijou, Vice-Président France, Belux, CH, Russie et Afrique de Denodo :

« Avec la dépendance croissante de la société à l’égard du numérique et la menace du phishing, des logiciels malveillants et autres cyber-menaces qui ne cesse de croître, la protection des données personnelles n’a jamais été aussi importante ni aussi complexe. Cette année, la Journée européenne de la protection des données nous donne non seulement l’occasion de réfléchir au chemin parcouru, mais aussi d’envisager comment nous pouvons encore nous améliorer.

Au cours des deux dernières années, nous avons vu les entreprises se transformer. Cependant, de nombreuses organisations continuent de lutter pour assurer une gestion simple et transparente de leurs données personnelles. L’un des principaux obstacles auxquels elles sont confrontées est que ces données sont généralement réparties dans de multiples dossiers au sein de l’organisation avec des emplacements, formats, protocoles et autorisations différents.

C’est pourquoi les organisations modernisent de plus en plus leurs technologies et adoptent la virtualisation des données. Cette technologie permet aux entreprises d’éviter le déplacement et la création inutiles de multiples copies de données et la perte de contrôle qui en découle. Au lieu de cela, en fournissant un accès facile et complet à tous les référentiels, par le biais d’une couche d’information unique, la virtualisation des données garantit que les données puissent être tracées et auditées en temps réel, quel que soit l’endroit où elles sont stockées et surtout, sans qu’il soit nécessaire de les dupliquer. Elle facilite la conformité avec la législation actuelle tout en permettant aux entreprises de protéger leur actif le plus précieux : leurs données. »

Selon Andy Teichholz, Global Industry Strategist Compliance and Legal chez OpenText :

« Les gens sont plus que jamais en mesure d’exercer leurs droits, de soumettre des demandes de droits subjectifs (DDS) et de reprendre le contrôle de leurs informations. Ils veulent comprendre comment leurs données sont utilisées et avoir accès à celles-ci, les corriger, les supprimer et en restreindre l’utilisation. Pour répondre à ces demandes gourmandes en données et surmonter la pénurie de ressources pour soutenir les activités clés de l’entreprise, les organisations doivent adopter l’automatisation des processus de réponse aux demandes de droits subjectifs et appliquer des outils de gestion des cas qui permettent de suivre au mieux les performances et l’efficacité. Un programme bien exécuté qui offre une expérience forte sera essentiel pour améliorer la satisfaction et la fidélité des clients. »

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.