Chats vidéo pendant la pandémie : lutter contre les difficultés et en tirer profit

0

Le coronavirus COVID-19 a radicalement changé la vie de milliards de personnes dans le monde. À partir de décembre 2019, dans la ville de Wuhan, dans la province de Hubei, en Chine, le virus s’est rapidement propagé à d’autres villes et pays. Le 11 mars 2020, l’Organisation mondiale de la santé a officiellement reconnu la pandémie. Et en octobre 2020, il y avait plus de 44 millions de cas d’infection dans le monde.

Des restrictions étendues sont devenues monnaie courante dans la plupart des pays. Certains d’entre eux ont non seulement fermé les frontières, mais ont également interdit la circulation des personnes entre les différentes régions. Afin d’éviter la propagation de la maladie, les entreprises ont dû muter leurs employés vers une forme de travail à distance. La même chose a été faite par des institutions éducatives et diverses organisations.

Dans les circonstances actuelles, l’une des tâches principales est devenue la communication totale entre les employés, les partenaires, les clients, les étudiants, les élèves, les enseignants, etc. Heureusement, à cette époque, il existait déjà de nombreuses solutions pratiques : Microsoft Team, Zoom, Skype, Slack, Discord et autres chats vidéo. Pour de nombreux domaines, ces services sont devenus un véritable salut, permettant une communication rapide et n’arrêtant pas les processus de travail/apprentissage.

Faut-il s’étonner que le nombre d’utilisateurs du chat vidéo ait augmenté plusieurs fois ? Ainsi, la maison d’édition Mind rapporte qu’au 12 mars 2020, le nombre d’utilisateurs de l’application mobile Zoom était de 32 millions de personnes. D’ici la fin du mois, 200 millions. Et en avril, 300 millions. Cela a également affecté la valeur des actions de la société. Le 11 mars, le cours de l’action Zoom ne dépassait pas 110 dollars, et à la mi-juillet, il avait plus que doublé pour atteindre 240 dollars. La capitalisation de la société a augmenté de 36 à 67 milliards de dollars.

Automne 2020: deuxième vague de pandémie et nouvelles contraintes

Tout le monde a compris qu’avec l’arrivée de l’automne, l’incidence du coronavirus COVID-19 va augmenter. Selon l’OMS, à la mi-octobre 2020, le nombre d’infections dans le monde se présente comme suit:

  • États-Unis – 18,7 millions de cas;
  • Asie du Sud-Est – 8,5 millions de cas;
  • Région de la Méditerranée orientale – 2,7 millions de cas;
  • Afrique – 1,2 million de cas;
  • Pacifique occidental – 680 000 cas.

Dans le même temps, une dynamique active de la morbidité a commencé à être observée fin août et début septembre. Le nombre de décès dus aux coronavirus dans le monde a dépassé le million à ce jour.

Il n’est pas surprenant que dans les circonstances actuelles, les États du monde s’efforcent de préserver la stabilité de l’économie et prennent des mesures appropriées. L’un des exemples les plus clairs est l’Espagne. Ici, le nombre de travailleurs à distance a augmenté de 30,2 % depuis le début de la pandémie. Au cours de l’été 2020, le ministère espagnol du travail a préparé une nouvelle loi sur le travail à distance. Ses principes de base:

  1. Désormais, l’entreprise et l’employé doivent convenir et approuver par écrit l’horaire du travail à distance.

  2. Il existe une interdiction de discrimination à l’égard des travailleurs à distance. Autrement dit, le salaire ne doit pas changer selon que la personne travaille à domicile ou au bureau.

  3. Le transfert vers une forme de travail à distance est un processus volontaire.

  4. L’accord de traduction doit être signé par écrit lors de la conclusion du contrat initial ou au moment du transfert.

  5. L’employeur s’engage à rembourser à l’employé les dépenses liées aux travaux ménagers.

  6. Les entreprises peuvent établir des “contrôles commerciaux sur les activités” d’un employé à distance, pour autant que cela ne viole pas son droit à la confidentialité. 

Ce n’est qu’une question de temps avant que des lois similaires soient préparées et adoptées dans d’autres pays. Selon l’OMS, la deuxième vague de COVID-19 est déjà beaucoup plus importante que la première. La maladie a ” fait peau neuve ” et s’est répandue dans les pays qui n’avaient pratiquement pas été touchés lors de la première vague.

Bien sûr, tout le monde n’est pas heureux de passer à une forme de formation et de travail à distance. Même ceux qui comprennent sobrement qu’il s’agit de mesures nécessaires. Ce format ralentit en quelque sorte de nombreux processus de travail et d’éducation. Bien que dans certaines situations, c’est exactement le contraire.

Les auteurs du portail Harvard Business Review, Liz Fosslien et Mollie West Duffy, ont publié au printemps 2020 un article qui décrit comment le travail à distance affecte la productivité humaine. Les principales thèses sont les suivantes:

  • Les vidéoconférences sont plus gênantes que les conférences hors ligne. Une personne peut être distraite par des messages entrants dans un salon de discussion, elle doit demander à sa famille de ne pas la distraire pendant une conversation, et ainsi de suite. La concentration de l’attention sur la conversation elle-même est souvent plus élevée.
  • La perception des nouvelles informations s’améliore, mais en même temps, une personne devient plus fatiguée. Et le regard constant “d’œil à œil” de l’interlocuteur provoque un malaise chez certaines personnes.
  • De nombreuses personnes rapportent également avoir été distraites du discours de leur interlocuteur en regardant la fenêtre avec l’image de leur chat vidéo. Et ils commencent à penser davantage à leur propre apparence.

Toutes ces thèses ne constituent pas un tableau général, mais plutôt un échantillon d’observations. Cependant, les auteurs de l’article donnent quelques recommandations sur la manière de rendre le travail à distance plus confortable:

  1. Évitez le multitâche et concentrez-vous sur une seule chose. Sinon, le passage d’une tâche à l’autre peut prendre jusqu’à 40 % de votre temps de travail.

  2. Faites des mini-pauses. Non seulement pendant le travail, mais aussi pendant les longs appels vidéo. La conversation ne peut être interrompue, mais vous devez laisser vos yeux se reposer et regarder autour de vous pendant au moins quelques minutes.

  3. Enroulez la vidéo de votre webcam pendant une conversation pour regarder la caméra, et non vous-même. Sinon, vos yeux seront constamment abaissés.

  4. Organisez la communication non seulement par vidéo, mais aussi par téléphone, par messageries ou par courrier électronique.

  5. N’appelez pas d’autres personnes par liaison vidéo sans avertissement. Discutez du temps de conversation à l’avance.

Comme vous pouvez le voir, rien de compliqué. Mais le respect de règles aussi simples peut vraiment faciliter les choses pour vous et vos collègues. Mais oublions les questions de travail et parlons de communication simple. Elle a également subi de nombreuses métamorphoses en raison de la pandémie.

Le chat vidéo pour sauver la solitude en 2020

Le plus grand saut dans la popularité des chats vidéo anonymes a eu lieu en 2010. Et la toute première chatroulette a été Omegle, lancée le 25 mars 2009. Selon Wikipedia, en un mois, le nombre de vues du site a atteint 150 000. Et au début de l’année 2010, le nombre d’utilisateurs actifs a considérablement augmenté. En quelques jours, le nombre de visites sur le site a atteint 2 millions.

Une nouvelle grande poussée de popularité du service Omegle et de ses alternatives a eu lieu en février-avril 2020, lorsque des dizaines de pays ont imposé des restrictions particulièrement sévères. Et même après leur affaiblissement, la dynamique est restée positive. Si avant la pandémie, le nombre moyen d’utilisateurs d’Omegle en ligne n’atteignait pas toujours 20 000, il est aujourd’hui de 23 à 25 000.

Les salons de chat vidéo et les sites de rencontre ont commencé à être utilisés même par ceux qui n’y avaient pas pensé auparavant. Certains ne sont pas intéressés, d’autres veulent enfin consacrer du temps à leur vie personnelle, et d’autres encore ont sérieusement l’intention de fonder une famille. Un représentant de Tinder dating service dans une interview avec Made for minds a déclaré que le nombre de messages dans le segment américain au début de 2020 a augmenté de 10-15%. En outre, la durée des conversations a également augmenté – de 25 % en moyenne.

Il est important de noter que même pendant la période d’assouplissement de la quarantaine, de nombreuses personnes ont continué à communiquer dans des chats vidéo et sur des plateformes de survie. Cela est dû non seulement à la peur de tomber malade, mais aussi à la commodité de ce format de communication. Après tout, ici, vous pouvez littéralement le soir faire connaissance avec des dizaines de personnes intéressantes, les étudier en détail et décider si vous voulez les rencontrer dans la vie réelle et continuer à communiquer.

Conclusion

Le monde ne sera plus le même, et nous le savons tous. Les formats de travail, d’étude et même de communication quotidienne entre les personnes changent. Oui, ces changements ne sont pas toujours pour le mieux. Mais soyons optimistes et apprenons à trouver du positif même là où il n’y en a pas tant.

Après tout, travailler à la maison, c’est plus de liberté. Les rencontres et le chat en ligne permettent de gagner du temps. Et les rencontres sur le Web sont une forme de passe-temps inhabituelle et extrêmement intéressante. L’Internet nous offre d’énormes possibilités de communication pratique. Il suffit de les utiliser !

 

Note : article publi-rédactionnel

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.