Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Les internautes font face à de multiples menaces de logiciels malveillants en consultant des sites web soupçonnés de pirater des contenus numériques. C’est la conclusion d’une récente étude menée par l’EUIPO.

Communiqué de presse – Dans le cadre d’un projet de recherche mené à l’échelle de l’Union par l’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle (EUIPO), plus de 4 000 fichiers contenant des logiciels malveillants ou des programmes potentiellement indésirables ont été extraits de plus de 1 000 sites web soupçonnés de partager illégalement des contenus protégés.

Ces 4 000 fichiers nuisibles provenaient d’environ 100 logiciels malveillants développés individuellement, souvent commercialisés comme des logiciels utiles pour les utilisateurs, notamment des faux installateurs de jeux et des programmes gratuits pour accéder à des contenus piratés et les transmettre en continu.

Bitdefender

Ces fichiers contenaient des logiciels malveillants ou d’autres programmes qui, une fois téléchargés, pouvaient accéder à des données à caractère personnel stockées sur des ordinateurs et des dispositifs mobiles. Les fichiers extraits par les chercheurs provenaient de sites web et d’applications mobiles soupçonnés de partager des films, de la musique, des jeux vidéo et des programmes de télévision piratés. Ces fichiers étaient destinés à inciter par la ruse les utilisateurs à partager des informations sur leurs cartes de crédit, leurs noms d’utilisateur de réseaux sociaux ou d’autres données à caractère personnel.

Les résultats de ce travail de recherche sont publiés aujourd’hui dans la première étude officielle de l’UE sur les risques d’infection par des logiciels malveillants provenant de sites web soupçonnés de porter atteinte aux droits de d’auteur. Dans le cadre de cette étude, réalisée par l’EUIPO en collaboration avec le United Nations Interregional Crime and Justice Research Institute (UNICRI), les logiciels malveillants ont été collectés sur les sites web et les applications mobiles en deux étapes. Les 200 Go de fichiers nuisibles extraits ont été analysés par Europol, l’agence répressive de l’UE, au moyen de son système d’analyse des logiciels malveillants (EMAS).

M. Christian Archambeau, directeur exécutif de l’EUIPO faisant fonction, a déclaré : 

« Nos recherches précédentes ont montré que plus de la moitié des «natifs du numérique» affirment considérer la sécurité d’un site comme une priorité lorsqu’ils accèdent à des contenus en ligne. Les conclusions de l’étude publiée aujourd’hui sont importantes pour tous les utilisateurs en ligne, quel que soit leur âge, car elles mettent en évidence les dangers inhérents aux sites qui portent atteinte aux droits d’auteur. La coopération et la collaboration que nous, à l’EUIPO, nous entretenons avec nos partenaires européens et internationaux se poursuivra à mesure que nous compléterons nos travaux de recherche dans ce domaine. »

L’étude publiée aujourd’hui complète les travaux de recherche menés précédemment par l’EUIPO sur les modèles commerciaux en ligne qui portent atteinte aux droits de propriété intellectuelle et la publicité numérique sur les sites web soupçonnés de porter atteinte à la propriété intellectuelle. Un expert en logiciels malveillants et un groupe d’experts techniques ont contribué à la réalisation de cette étude (disponible en PDF ici).

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore noté)
Loading...

Mots clés : , ,


Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.