De nouvelles fraudes à l’emploi ciblent les étudiants universitaires

0
164

Le secteur de la santé est toujours dans le viseur des cybercriminels. Après les cyberattaques répétées sur les hôpitaux l’année dernière, c’est maintenant au tour des jeunes diplômés en santé et bioscience d’être victimes de fraude à l’emploi. 

Les chercheurs Proofpoint dévoilent aujourd’hui l’analyse d’une série de cyberattaques ciblant des étudiants universitaires avec des offres d’emploi frauduleuses, dans les secteurs de la santé et de la bioscience, en particulier aux États-Unis. 

Les cybercriminels demandent aux victimes d’avancer des frais pour acheter du matériel lié à leur « futur poste », qui est bien évidemment inexistant. Cette fraude se base sur l’ingénierie sociale et certains cybercriminels vont même jusqu’à organiser de faux entretiens pour convaincre leurs victimes plus efficacement. 

« Les arnaques à l’emploi proposent généralement un emploi tout en demandant le paiement d’éléments tels que l’équipement soi-disant nécessaire pour le poste à pourvoir. Ces cybercriminels recourent à l’ingénierie sociale pour profiter de l’enthousiasme ou du désir d’une personne d’obtenir un nouvel emploi et lui volent ensuite son argent. » ont déclaré les chercheurs Proofpoint. 

Les principaux éléments des offres d’emploi frauduleuses peuvent être les suivants : 

  • Une offre d’emploi inattendue reçue à partir d’un compte de courrier électronique gratuit tel que Gmail ou Hotmail qui usurpe l’identité d’une organisation légitime 
  • Une offre d’emploi émanant d’une adresse électronique qui utilise un domaine différent du site web officiel de l’entreprise
  • Des questions d’entretien inexistantes ou trop simplistes, avec peu ou pas d’informations sur les tâches à accomplir 
  • Des PDF ou d’autres documents contenant des fautes de grammaire et d’orthographe, ainsi qu’un contenu générique sur l’organisation et le rôle.
  • Recevoir un “chèque de paie” presque immédiatement après avoir entamé une discussion avec l’expéditeur 
  • Un expéditeur encourageant un destinataire à passer à un courriel personnel ou à un compte de chat pour discuter de l’offre d’emploi. 
  • Un langage demandant une “tâche rapide”, en particulier s’il s’agit d’envoyer de l’argent via des applications mobiles ou des adresses Bitcoin.

Vous trouverez l’intégralité de la recherche sur le site Proofpoint : https://www.proofpoint.com/us/blog/threat-insight/job-scams-using-bioscience-lures-target-universities