Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android
HMA Pro VPN

La principale bourse d’échange de la monnaie virtuelle s’est placée, ce vendredi 28 février, sous la protection de la loi sur les faillites au Japon. Les utilisateurs de MtGox ont perdu plus de 750 000 Bitcoins (environ 440 millions de dollars). Son fondateur, le français Marc Karpelès était introuvable jusqu’à ce vendredi 28 février.

La plateforme d’échange de Bitcoins MtGox s’est placée vendredi sous la protection de la loi sur les faillites au Japon. Le tribunal de Tokyo a accepté cette demande de MtGox, ont précisé l’agence de presse Jiji et la chaîne de télévision publique NHK. MtGox, une des plus anciennes et importantes bourses d’échange de cette monnaie virtuelle, avait cessé ses transactions depuis le 7 février puis la plateforme était devenue inaccessible depuis mardi, plongeant le Bitcoin dans la plus grave crise de sa jeune histoire.

Une annonce qui intervient alors que le ministre nippon des Finances a prévenu ce même jour que Tokyo allait agir face aux problèmes rencontrés par MtGox, qui a plongé cette monnaie virtuelle dans une crise inédite qui dépasse largement le cadre du Japon. Car quelque 750 000 Bitcoins, l’équivalent de 440 millions de dollars, ont disparu de la circulation, provoquant l’inquiétude et la colère des utilisateurs de MtGox.

Le PDG de MtGox présente ses excuses

Introuvable depuis le début de la crise, le patron de la plateforme, le français Mark Karpelès, a dû s’exprimer devant le tribunal de Tokyo pour se déclarer en faillite. “Nous avons perdu des bitcoin à cause des faiblesses du système. Nous sommes désolés pour les problèmes causés à toutes les personnes concernées”. Des paroles qui paraîtront sans doute bien légères aux utilisateurs de Bitcoin, qui ont essuyé des pertes pouvant aller jusqu’à un million de dollars.

Reste que la défaillance de la plateforme a une légère incidence sur le cours du Bitcoin sur les autres plates-formes, autour de 568 dollars. Rien de bien inquiétant de ce côté là pour le moment.

Les vraies interrogations de cette affaire

La question que se posent donc les 127 000 clients de MtGox, c’est de savoir où a bien pu passer leur argent. La société a-t-elle été piratée ? Est-ce que Marc Karpelès et son équipe ont-ils eu des pratiques frauduleuses ? Le flou est complet jusqu’à ce que le PDG de MtGox, Mark Karpelès, originaire de Chenôve, en Côte-d’Or, donne une conférence de presse à Tokyo, avouant à demi-mot que les infrastructures de sa société ont été piratées, et confirmant les craintes de tout le monde, les 850 000 Bitcoins à sa charge d’une valeur de 500 millions d’euros ont tout simplement disparu dans la e-nature.

Reste maintenant à savoir si des personnes vont continuer a utiliser et à faire confiance à ce genre de plateformes en n’ayant aucune garantie. Il faudrait vraiment aimer les risques au final non pour recommencer ? Le Bitcoin et les monnaies virtuelles en générales risque d’en pâtir à coup sûr. Surtout celles qui semblent être uniquement à but spéculatif… Beaucoup de monde crie déjà au scandale en comparant le Bitcoin à une immense arnaque, semblable à une sorte de pyramide de Ponzi.

Les autorités vietnamiennes, de leur côté, ont annoncé qu’elles interdisaient aux banques du pays de commercer avec du Bitcoin. Le Bitcoin échappe aux régulations financières classiques, ce qui explique pourquoi les autorités sont longtemps restées inactives. Mercredi, le Japon a annoncé que ses services financiers et sa police enquêtaient. Une citation à comparaître contre MtGox a été lancée aux États-Unis.

 

Sources diverses.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore noté)
Loading...

Mots clés : , , , , , , ,


Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.