Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Nos corps sont en train de devenir une clé pour accéder à notre vie et notre identité numérique. Les données biométriques (empreintes digitales, d’iris, reconnaissance faciale, etc.) sont aujourd’hui utilisées pour débloquer nos téléphones, nos ordinateurs et parfois même pour accéder à des bâtiments. Elles sont pourtant bien plus précieuses qu’un simple mot de passe. Uniques et fragiles, elles permettent de nous identifier en tant qu’individu et ne peuvent pas être réinitialisées. Une fois perdues ou compromises, elles le sont pour toujours.

HMA Pro VPN

Tribune Kaspersky – Une récente recherche réalisée par Kaspersky ICS CERT, « Threats for biometric data processing and storage systems », révèle que diverses menaces ont régulièrement tenté d’infiltrer les systèmes utilisés pour traiter des données biométriques au cours des trois premiers trimestres de 2019 :

  • 37% des ordinateurs sur lesquels un produit Kaspersky est installé – serveurs ou stations de travail – utilisés pour collecter, traiter et stocker des données biométriques, ont eu à subir au moins une tentative d’infection par un malware au 3ème trimestre 2019.
  • Un nombre significatif d’échantillons de malware a été bloqué, y compris des Trojans d’accès à distance (5,4%), des malware utilisés dans des attaques de phishing (5,1%), des ransomware (1,9%) et des Trojans bancaires (1,5%).
  • 14,4% des menaces proviennent d’Internet, notamment de sites web de phishing ou malveillants ou encore des services de messagerie en ligne. Viennent ensuite les médias amovibles (8%) qui distribuent le plus souvent des vers et les clients emails (+6,1%).

L’étude complète est disponible ici.

Kaspersky protège l’identité des consommateurs en leur passant la bague au doigt 

Comment bénéficier des avantages de l’identification biométrique sans prendre le risque de compromettre ses données et son identité ? Pour répondre à cette question, Kaspersky s’est associé au créateur Benjamin Waye et à l’agence Archetypepour imaginer une pièce de joaillerie unique : une bague qui étend notre identité numérique. Alliant art et technologie, ce prototype intègre une empreinte digitale artificielle en impression 3D, qui peut être utilisée pour s’authentifier. Il peut être utilisé pour débloquer son téléphone et d’autres systèmes requérant une empreinte digitale, sans avoir à s’inquiéter des fuites de données. Contrairement à une empreinte digitale réelle, celle-ci peut être changée et réinitialisée.

« Cette bague n’est pas une solution miracle mais simplement l’une des multiples options que l’on pourrait explorer pour résoudre les problèmes de sécurité liés à l’usage de la biométrie. Une solution pérenne impliquera forcément la création d’outils de mesure et de technologies qui garantiront la protection de l’identité de chaque individu. Elle n’existe pas encore et pour être honnête, les discussions concernant la protection des données biométriques sont loin d’être aussi avancées qu’elles devraient l’être. C’est pourquoi il est important d’ouvrir le débat et d’impliquer les différentes parties prenantes, afin de définir conjointement une approche à la protection de ces données », explique Marco Preuss, Directeur Europe de l’Equipe Globale de Recherche et d’Analyse de Kaspersky.  

Pour en savoir plus cette vidéo ci-dessous :

Cas de fuites de données biométriques

En 2015, une cyberattaque contre le bureau des fonctionnaires fédéraux américains (Office of Personnel Management) entraîne la fuite de 5,6 millions d’empreintes digitales

En 2019, les empreintes digitales de plus d’un million d’individus sont découvertes sur une base de données accessible publiquement et utilisée par la police britannique, des banques et des contractuels de la défense

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore noté)
Loading...

Mots clés : , , , , ,


Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.