Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Les malwares Android se répandent de manière exponentielle et génèrent d’importantes sommes d’argent pour les cyber-criminels. Selon une étude de nos Laboratoires, le nombre de malwares Android a augmenté de 292% entre le premier et le deuxième semestre 2012.

Les attaques Android sont difficiles à détecter pour le commun des utilisateurs, car les cyber-criminels apprennent à dissimuler leur activité. Heureusement, il existe quelques conseils qui peuvent vous alerter d’une éventuelle infection sous Android.

1. Facture astronomique

Certains malwares Android envoient automatiquement des SMS à des numéros surtaxés et cela a un impact directement sur le montant de votre facture. Mais tous les malwares ne sont pas aussi visibles et cupides : certains chevaux de Troie envoient des messages de manière sporadique, par exemple une fois par mois, afin de ne pas éveiller vos soupçons, ou bien se désinstallent automatiquement après envoi du message.

Surveillez votre facture, à la recherche de numéros étranges si celle-ci semble trop élevée.

2. Flux anormaux de data : fuite de données

Le surf Internet sur mobile est parfois limité, et certains opérateurs peuvent facturer la “data” hors forfait. Que ce soit en réception (download) ou en envoi (upload) de données, un changement significatif de volume de ces dernières peut être signe d’infection : un cyber-criminel peut contrôler votre smartphone à distance et forcer l’envoi de vos propres données personnelles ou professionnelles (documents, vidéos, photos, etc.).

CyberGhost VPN Promo

Là encore, une lecture approfondie de votre facture peut vous aider à savoir si votre appareil est infecté.

3. Décharge excessivement rapide de la batterie

Les utilisateurs Android qui n’installent pas des applications à tout-va ou n’utilisent pas leur appareil à outrance ont une assez bonne idée de l’autonomie de leur batterie avant le passage obligatoire du rechargement. Les malwares contribuent par leurs actions à l’usure prématurée de la batterie, ce qui la rend moins performante.

Un déchargement anormal est un autre signe d’infection.

4. Performances altérées

Selon la configuration initiale de l’appareil, les malwares peuvent interférer avec le bon fonctionnement du système ; lorsqu’il lit, écrit ou envoie des données en particulier, cela peut avoir un impact sur les performances et les ressources de l’appareil.

Comme pour les ordinateurs, contrôlez régulièrement l’utilisation du CPU et de la RAM afin de vérifier s’il n’y a pas une utilisation anormale des ressources.

5. Qualité d’appel détériorée

Les malwares peuvent interférer avec la fonction première de votre téléphone : les émissions et réceptions d’appels. Échec d’un appel, interférences,… une quelconque gêne peut être due à l’activité d’un malware.

En cas de problème, renseignez-vous auprès de votre opérateur : si celui-ci ne connaît pas de panne sur son réseau, votre appareil est peut-être infecté. Les malwares peuvent ainsi espionner vos conversations ou déclencher une activité quelconque lors de vos appels.

Anticipez les attaques !

Pour rester à l’abri des menaces, utilisez un antivirus pour Android. Vous pouvez télécharger par exemple la solution gratuite Bitdefender pour Android sur Google Play. Ne rendez pas non plus la tâche plus facile aux escrocs : lors de l’installation d’une application, lisez attentivement les permissions que vous acceptez.

Pour conclure, sachez qu’il n’y pas de distribution Android à l’abri des menaces : selon l’Android Developer Dashboard, 87,4% des utilisateurs d’Android sont sous Gingerbread, Ice Cream Sandwich et Jelly Bean, qui sont les distributions les plus ciblées par les cyber-criminels.

 

Source : Laboratoires Bitdefender

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (3 votes, note : 4,33 sur 5)
Loading...

Mots clés : , , , , ,


Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.