Android vs Malwares : Google Play Store victime de BadNews

0

Réseau publicitaire en apparence, le SDK BadNews est un diffuseur de malwares qui touche des applications légitimes du Google Play Store. Plus de trente applications sont concernées. Le pire dans tout ça ? Jusqu’à 9 millions de téléchargements potentiels et autant d’utilisateurs touchés !

Lookout, éditeur de solutions de protections pour terminaux mobiles, notamment Android, a repéré BadNews, un concentré de malwares, présent dans 32 applications distribuées sur le Play Store officiel de Google.

A la base, le SDK BadNews est présenté comme un réseau publicitaire à l’allure innocente, mais il s’avère en fait très intrusif pour l’utilisateur final : « Il a la capacité d’envoyer de faux messages à caractère informatif qui invitent les utilisateurs à installer les applications et à envoyer des informations sensibles telles que le numéro du téléphone et l’identifiant de l’appareil à son serveur C&C (Command and Control). BadNews exploite sa capacité à afficher de faux messages dans le but de diffuser des programmes malveillants de monétisation et de pousser des applications affiliées, » détaille l’éditeur de sécurité.

Un leurre pour les applications de sécurité mobile

BadNews infecte en toute discrétion et c’est son point fort. Malgré une très forte diffusion, la plate-forme malveillante ne déclenche ses activités illicites qu’à partir d’un certain temps après installation sur un terminal Android. « Un bon moyen de leurrer les systèmes de traque d’applications malveillantes, qui après avoir jaugé le nouveau venu estiment qu’il est sans danger », note Lookout.

On notamment remarquer l’installation d’AlphaSMS, une application qui envoie des SMS surtaxés, sur les terminaux infectés. A noter que plus de la moitié des applications repérées par Lookout se trouve en Russie.

Par ailleurs, BadNews innove dans sa capacité à infecter en toute discrétion un grand nombre de terminaux. La plate-forme peu recommandable se diffuse largement, mais ses activités nocives ne se déclenchent que dans un second temps. « Un bon moyen de leurrer les systèmes de traque d’applications malveillantes, qui après avoir jaugé le nouveau venu estiment qu’il est sans danger », note Lookout.

Entre 2 et 9 millions de téléchargements

L’éditeur déclare avoir prévenu Google qui a immédiatement retiré les applications infectieuses de son catalogue et fermé les comptes respectifs des quatre développeurs associés à celles-ci. Il est néanmoins difficile de savoir si leur intention était de propager l’agent malveillant ou bien s’ils ont été victimes de manipulation ou de piratage. Mais les applications malveillantes auraient été téléchargées entre 2 et 9 millions de fois, estime Lookout sur la base des statistiques de Google Play.

Lookout en profite pour rappeler qu’il est préférable de ne pas autoriser le système à installer des applications de sources inconnues (en décochant la case correspondante depuis le menu Sécurité des paramètres Système). La base même de l’intégrité de l’OS mobile de Google.

Voilà néanmoins qui ne va pas arranger la réputation d’Android en tant que plate-forme sécurisée (même si la plupart des infections sont le fait des utilisateurs peu regardant sur l’intégrité des applications qu’ils installent). Récemment, le fournisseur de services NQ Mobile estimait à 33 millions le nombre de smartphones Android infectés.

Voici ci-dessous la liste complète des 32 applications infectées par BadNews :

Android BadNews Malware

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.