Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

Les webcams IP et autres caméra de vidéo surveillance connectées à Internet sont légions et ont un certain succès. Mais voila, encore faut-il les sécuriser afin d’éviter qu’elles se retournent contre leur propriétaire… Un site russe liste celles qui ne sont pas protégées de part le monde.

Bitdefender

La sécurité des caméras sur IP est souvent mise à la mal, notamment via des vulnérabilités liées au constructeur lui-même ou encore des mots de passe d’usine par défaut jamais changés. Du coup certains pirates informatiques s’en donnent à cœur joie tout en sachant qu’il n’ai jamais bien compliqué de détourner l’usage d’une telle caméra. Un site Internet russe baptisé InSecam a décidé de taper un grand coup en affichant les images diffusées par plus de 73 000 caméras IP non sécurisée dans le monde. Le créateur de cet espace veut faire réagir les propriétaires de ce type de matériel, par exemple en les incitant à changer le mot de passe usine.

La méthode est quand à elle assez critiquable… voir même totalement illégale.En se baladant par pays, il est tout à fait possible de croiser des chambres, des parkings, des bureaux, des axes publics, des boutiques ou des entrepôts. Le site est hébergé en Russie et permet de situer, géographiquement, l’emplacement des webcams mal sécurisées et les marques visées par ces mots de passe par défaut d’usine oubliés.

Pour cela, il se base sur un système de Google Dork très précis, et automatisé, adapté aux différents matériels de surveillance.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (2 votes, note : 2,00 sur 5)
Loading...

Mots clés : , , , ,

Recherches en relation :

  • site russe webcam
  • webcam russe
  • camera non sécurisé
  • webcam piratee
  • Meilleur site russe de piratage

Vos réactions
  1. salut

    il m’a vu

  2. Lisa

    Il suffit de changer son mot de passe, l’article n’apporte pas grand chose, c’est vrai pour tout équipement connecté à Internet.

    J’ai récemment acheté un caméra IP et lors de l’installation le constructeur impose le changement de mot de passe, les constructeurs ont donc bien saisi le problème et pallient aux faiblesses des utilisateurs

Ils parlent du sujet :

  1. […] Sécurité et confidentialité des fichiers stockés[modifier | modifier le code] Spécificités[modifier | modifier le code] Accès aux données[modifier | modifier le code] Espace de stockage[modifier | modifier le code] À l'origine, Google Docs proposait 1 Go de stockage dans sa version gratuite. Portail de Google. Un site russe permet d'accéder à 70 000 caméras vidéo non sécurisées. […]

  2. Un site russe permet d’accéder &ag...

    […] UnderNews | Réseau & Sécurité  […]

  3. Un site russe permet d’accéder &ag...

    […] Les webcams IP et autres caméra de vidéo surveillance connectées à Internet sont légions et ont un certain succès. Mais voila, encore faut-il les sécuriser afin d’éviter qu’elles se retournent contre leur propriétaire… Un site russe liste celles qui ne sont pas protégées de part le monde.La sécurité des caméras sur IP est souvent mise à la mal, notamment via des vulnérabilités liées au constructeur lui-même ou encore des mots de passe d’usine par défaut jamais changés. Du coup certains pirates informatiques s’en donnent à cœur joie tout en sachant qu’il n’ai jamais bien compliqué de détourner l’usage d’une telle caméra. Un site Internet russe baptisé InSecam a décidé de taper un grand coup en affichant les images diffusées par plus de 73 000 caméras IP non sécurisée dans le monde. Le créateur de cet espace veut faire réagir les propriétaires de ce type de matériel, par exemple en les incitant à changer le mot de passe usine.  […]

  4. Actu sécurité / Cybersécurité | Pearltrees

    […] Un site russe permet d'accéder à 70 000 caméras vidéo non sécurisées. INFORMATION : la publicité diffusée sur ce site est l'unique source de revenus, permettant de vous proposer gratuitement ce contenu en finançant le travail journalistique. […]





Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.