Les quatre évolutions de la cybercriminalité en 2023

0
94

Une nouvelle année apporte son lot d’opportunités que les cybercriminels sont prêts à saisir. L’année dernière, l’activité cybercriminelle a connu une évolution majeure, les cybercriminels s’efforcent de tirer parti des tensions géopolitiques et des difficultés économiques dues à l’inflation et à la récession. En 2023, l’incertitude économique continue de peser lourdement sur les entreprises, en particulier sur les petites et moyennes entreprises qui ne disposent pas toujours des budgets et des ressources nécessaires pour se prémunir des attaques. Si l’on ajoute à cela les pressions macroéconomiques, une cybersécurité efficace et abordable semblera presque impossible pour de nombreuses PME.

Les prévisions d’OpenText Cybersecurity : Les quatre évolutions de la cybercriminalité en 2023

Tribune par Mathieu Mondino, Presales Manager chez OpenText Cybersecurity – Les acteurs malveillants continuent à faire évoluer leurs tactiques en cherchant à exploiter de nouveaux vecteurs d’attaques. En 2022, le phishing est resté la menace dominante à laquelle sont confrontés particuliers et entreprises, avec une extraordinaire augmentation des actes de phishing recensés au cours des quatre premiers mois de l’année. Une nouvelle année active en matière de phishing se dessine. Le risque de ransomware continue de croître en raison de l’implantation du modèle commercial « Ransomware as a Service » (RaaS). En outre, dans l’environnement de travail hybride d’aujourd’hui, la frontière entre le travail et la maison s’estompe toujours plus, de nombreux collaborateurs utilisent leurs appareils personnels pour effectuer des taches professionnelles. Cela crée des failles de sécurité non négligeables, en effet, les appareils personnels sont souvent dépourvus de logiciels de sécurité, et aussi de politiques de groupe.

Les 4 motifs dont les cybercriminels peuvent amplement profiter pour déployer des attaques

1.    Le contexte économique et géopolitique instable

La récente enquête sur les PME a révélé que 52 % des personnes interrogées se sentaient plus exposées à une attaque par ransomware en raison de l’aggravation des tensions géopolitiques, comme la guerre en Ukraine, et que 57 % craignaient également que leur budget de sécurité ne diminue en raison de l’inflation. Cela oblige les PME, déjà à court de liquidité, à faire plus avec moins. La création de postes « cyber-résistant » sera plus important que jamais.

2.   Le flou des résultats sur les moteurs de recherches payants et organiques

Les moteurs de recherche comme Google et Bing s’efforcent de faciliter au maximum la tâche des professionnels et des consommateurs pour trouver des informations. Il devient de plus en plus difficile de distinguer les résultats de recherche sûrs des résultats malveillants. En s’efforçant d’offrir une expérience plus simple, les moteurs de recherche augmentent également le risque d’hameçonnage. Du côté des consommateurs, les attaquants achètent des annonces de résultats de recherche de premier ordre et les utilisent pour conduire les gens vers des sites web malveillants et frauduleux afin de voler les informations personnelles.

3.   Le stockage massif des données sur le cloud couplé à des appareils personnels de plus en plus intelligents

Les consommateurs et les entreprises adoptent toujours plus de nouvelles technologies pour rendre leur vie plus pratique, ce qui les amène à partager et à stocker davantage de données dans le cloud. Être connecté à Internet en permanence rendra plus vulnérables les utilisateurs d’appareils intelligents dans un futur proche. Cette année des événements conséquents, ou simplement la multiplication des attaques, incitera les consommateurs et les entreprises à réfléchir de manière plus responsable afin que l’utilisation des technologies intelligentes n’entrave pas leur sécurité et leur vie privée.

4.   Les cybercriminels jouent sur les peurs

Il n’y a pas plus opportuniste que les cybercriminels. Experts dans la compréhension des plus grandes inquiétudes des consommateurs ainsi que dans la manière d’exploiter les craintes notamment avec le phishing. La Covid-19 est l’exemple le plus probant et récent de l’exploitation de la peur pour obtenir un retour sur investissement. La guerre en Ukraine ne faisant qu’alimenter les craintes des consommateurs, Il y a de fortes chances pour que cette méthode d’attaque continue à se développer, se sophistiquer à mesure que états connaissent une inflation croissante propre à décupler les phénomènes de peur.

Si ces prévisions peuvent sembler sombres, le bon côté des choses est qu’il existe de nombreuses mesures que les entreprises et les particuliers peuvent mettre en œuvre pour se protéger contre les menaces, et ainsi atteindre un statut cyber-résiliant. Il est recommandé de s’éduquer contre les pratiques des cybercriminels afin de mettre en œuvre une approche multicouche pour protéger les données et les informations. La cyber-résilience est la posture et l’état d’esprit d’un individu préparé aux risques. « Il ne s’agit plus de savoir si vous serez attaqué, mais quand ». Être informé et à l’affût en utilisant des outils et logiciels de protection reste le meilleur rempart contre les cybercriminels.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.