Imprimante 3D et cybersécurité

0

Chaque système informatique peut potentiellement être la cible des cybercriminels. Même une imprimante 3D, et oui ! Alors que l’impression 3D est en vogue dans l’industrie, ce type d’imprimante fonctionne en étant connecté via les réseaux d’entreprise, comme n’importe quel autre photocopieuses. Bien entendu, cela induit de potentielles vulnérabilités pouvant être exploitées par des pirates informatique si tout n’est pas bien protégé.

Le déploiement d’un pare-feu d’entreprise est le minimum pour dresser une première barrière de défense contre les cyberattaques externes. Mais il faudra aussi que l’appareil soit sécurisé et à jour pour parfaire la protection… car tout sinon, tout pirate qui réussira à franchir le pare-feu pourra facilement prendre le contrôle de l’imprimante.

Ces imprimantes 3D peuvent, si elles sont utilisées dans l’industrie, contenir dans leur mémoire des projets secrets de conception (prototypage, fabrication dite additive, etc) ! Espionnage industriel à la clé donc voir sabotage. Vous doutez de ces risques ?

Alors il faut savoir que des chercheurs de l’Université Polytechnique de New-York oint rendu un rapport sur les risques encourus par l’impression 3D en matière de cybersécurité. Des risques qui porteraient notamment sur les paramètres d’impression et des éventuels défauts sur l’objet imprimé, tout en pointant particulièrement les risques de piratage de la programmation de l’imprimante. Il faut toujours garder en tête que ces appareils contiennent des fichiers de conception non chiffrés constituent une menace sérieuse pour la propriété intellectuelle et la sécurité des utilisateurs. Pour se protéger, il faut agir sur plusieurs axes :

  • sécuriser son réseau (pare-feu et strict contrôle d’accès)
  • déployer une connexion chiffrée (via un VPN ou autre)
  • chiffrer tous les fichiers en transit (maintient de l’intégrité et de la confidentialité des fichiers numériques)
  • implémenter une veille sécuritaire  (dont le déploiement des mises à jours régulières qui contribuent à la protection de tout appareil connecté)

Si votre entreprise ne dispose pas de moyens suffisants pour sécuriser l’installation d’une telle machine, il reste une solution simple : l’impression 3D en ligne. En effet, sous traiter ses impressions 3D évite non seulement d’investir dans l’imprimante, mais aussi d’être déchargé des enjeux de cybersécurité liés puisque c’est alors le prestataire sollicité qui prend en charge tous ces paramètres. Notons que ces structures disposent de programmes performants pour contrer les menaces de cyberattaques et qu’elles mettent en œuvre des systèmes très efficaces pour vérifier automatiquement l’intégrité des objets imprimés.

La fabrication additive doit donc être maitriser et tous les risques liés contrôlés et anticipés. Cela évitera l’espionnage industriel mais aussi l’introduction d’altérations malveillantes des objets qui menaceront leur intégrité.

 

Note : article sponsorisé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.