Cybermalveillance.gouv : Les statistiques 2018 dévoilées

0

Le dispositif Cybermalveillance du gouvernement Français a dévoilé en ce début d’année une infographie dressant le bilan complet et détaillé de ses activités 2018.

La plateforme cybermalveillance.gouv.fr a été créée dans un but de sensibilisation, de prévention et de soutien en matière de sécurité numérique auprès des citoyens français. Tout y est représenté, que ce soit le hameçonnage (phishing), le piratage de compte, le pourriel ou encore les malwares en tout genre.

Place aux chiffres ! En 2018, ce sont 24 575 particuliers, 3 650 entreprises et 631 collectivités qui ont fait appel à l’assistance de la plateforme, qui ne cesse de gagner en notoriété, pour un total de 28 855 victimes. Deux pics ont été relevés en octobre et en novembre, avec environ 8 000 victimes sur la période.

Les principales menaces identifiées chez les particuliers sont l’hameçonnage (25 %), le piratage de compte (19 %) et le pourriel (spam, 16 %). Du côté des entreprises, on retrouve l’intrusion serveur (16 %), encore l’hameçonnage (14 %), et les virus (dont ransomware) et pourriel (12 %). Enfin, l’hameçonnage (20 %), le pourriel (19 %) et les virus (10 %) dominent chez les collectivités.

Par ailleurs, la plateforme Cybermalveillance référence 1 534 prestataires issus de toute la France, qui sont des spécialistes et organismes compétents sélectionnés par le gouvernement. Le groupement d’intérêt public (GIP) Action contre la cybermalveillance (ACYMA) a noué un partenariat avec 37 membres, parmi lesquels le Conseil national du logiciel libre (CNLL), la Fevad, Bouygues Telecom, Kaspersky, le groupe La Poste, Orange Cyberdefense, Microsoft ou encore SFR.

Le site propose divers contenus de sensibilisation comme des fiches réflexes, pratiques, des vidéos ou des recommandations, ainsi qu’un kit de sensibilisation, déjà téléchargé plus de 20 000 fois.

Infographie détaillée :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.