Cyberattaque : Spamhaus cible d’un violent DDoS

2

Depuis 10 jours, Spamhaus, du nom d’une organisation mondiale anti-spam, fait l’objet d’une attaque par déni de service distribué. Les experts de sécurité IT sont divisés sur son intensité mais cette dernière battrait tous les records.

Spamhaus fait l’objet d’une grosse attaque DDoS mais peut-on parler d’assaut majeur ?

On peut émettre quelques doutes, selon plusieurs experts. Néanmoins, l’alerte mobilise en tout cas de nombreux experts en sécurité IT.

Depuis le week-end dernier et cela se prolonge cette semaine, Spamhaus, du nom d’une organisation mondiale anti-spam reconnue (publication de listes noires destinées aux FAI afin de filtrer le pourriel), observe une attaque par déni de service distribué qui perdure.

« Bien que notre site et notre messagerie aient tombé temporairement, notre système d’information contine de fonctionner pendant l’assaut », peut-on lire dans une contribution de Spamhaus en date du 20 mars (?).

Mais il n’y a pas de réactualisation sur le sujet depuis sur le site de l’organisation de lutte contre le spam.

Selon TechNewsWorld, l’attaque proviendrait du service d’hébergement alternatif Cyberbunker (« prêt à héberger tous les contenus sauf de nature pédophile ou faisant l’apologie du terrorisme », ce qui veut dire que les spammeurs ne sont pas gênés) en collaboration avec des organisations cybercriminelles.

Une attaque DDoS consiste à saturer un site Internet : en le bombardant de requêtes en simultanés, les serveurs tombent et les internautes ne peuvent se connecter sur le service en ligne.

La BBC évoque une « attaque massive » sur laquelle planchent cinq agences nationales de sécurité IT.

Kaspersky Lab, éditeur de solutions de sécurité IT d’origine russe, se montre également convaincu : « Au vu de l’amplitude signalée de cette attaque, qui a été estimée à 300 gigaoctets par seconde, nous pouvons confirmer qu’il s’agit de l’une des plus importantes opérations DDoS à ce jour. »

Pour Cloudfare (fournisseur de solutions pour accélérer la diffusion de contenus sur les réseaux ou CDN), cette attaque a presque ébranlé Internet et viserait notamment des points d’échanges Internet principaux dans le monde.

 

Article original : ITespresso

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.