20 ans de la Journée mondiale pour un Internet plus sûr

0
266
À l’occasion des 20 ans de la Journée mondiale pour un Internet plus sûr (Safer Internet Day), ce mardi 7 février le commentaire d’Anthony DiBello, Vice-président, Développement stratégique, OpenText.
 

Le Safer Internet Day, journée internationale pour un Internet plus sûr, a vu le jour pour sa première édition en 2004, portée alors par 14 pays de l’Union européenne. Aujourd’hui, ce rendez-vous médiatique est déployé chaque année dans près de 150 pays et est devenu une fenêtre annuelle de diffusion de messages de prévention et de valorisation de pratiques innovantes concernant les usages numériques des jeunes partout dans le monde. Cet événement, initié par le programme Safer Internet, est mis en œuvre en France par Internet Sans Crainte au sein du consortium Safer Internet France.

« La cybersécurité n’est pas la seule responsabilité des équipes de sécurité. Tout le monde a la responsabilité de faire d’Internet un endroit plus sûr, » Anthony DiBello, OpenText
« La récession mondiale qui se profile et les contraintes budgétaires peuvent conduire de nombreuses organisations à réduire leurs dépenses en cybersécurité et à consolider le nombre de fournisseurs de cybersécurité avec lesquels elles interagissent. Pourtant, les cybercriminels devraient intensifier leur quête aux points faibles et les entreprises touchées pourraient en pâtir plus intensément. Il suffit d’observer l’actualité pour comprendre que les cybercriminels deviennent de plus en plus tactiques et sophistiqués dans leurs méthodes.
 
En tant que consommateur, il est plus difficile que jamais de se protéger et il n’est pas toujours facile de reconnaître les menaces potentielles. Cela signifie qu’il incombe en grande partie aux régulateurs et aux entreprises de s’assurer qu’ils font leur possible pour résoudre ces problèmes. Les entreprises s’adaptent en conséquence, mais même la plus petite faille dans une stratégie de cybersécurité peut être préjudiciable en même temps à l’organisation et aux personnes concernées. La cyber-résilience doit être intégrée à l’ensemble de l’organisation et doit être considérée dans toutes les décisions. La sécurisation de la chaîne d’approvisionnement (physique et numérique), ainsi que des infrastructures critiques, sera un défi particulier pour les responsables de la sécurité cette année.
 
Investir dans les bons outils et services est essentiel, mais cela ne suffit pas en soi. Aujourd’hui, la cybersécurité n’est pas la seule responsabilité du DSI ou des équipes de sécurité. Tout le monde a la responsabilité de faire d’Internet un endroit plus sûr. Les collaborateurs, de la première ligne à la direction, doivent être informés des derniers risques à mesure qu’ils évoluent afin de pouvoir agir comme première ligne de défense. La Journée pour un Internet plus sûr nous rappelle une fois de plus que pour avancer sereinement, il faut avoir un système sécurisé. »