Publié par UnderNews Actu - Télécharger l'application Android

En 2017, 26,2 % des cibles du ransomware étaient des entreprises, contre 22,6 % en 2016. Cette augmentation est due en partie à trois attaques sans précédent contre des réseaux d’entreprise. Ces derniers, WannaCry, ExPetr, et BadRabbit, ont bouleversé à jamais le paysage autour de cette menace, de plus en plus virulente selon Kaspersky Lab.

Une menace rapide et évolutive qui demeure prioritaire

Bitdefender

Tribune Kaspersky Lab – 2017 marque l’année de l’évolution inattendue et spectaculaire de la menace du ransomware, avec des acteurs malveillants avancés. Ils ciblent des entreprises dans le monde entier au moyen de séries d’attaques destructives à base de vers autonomes, dont l’objectif ultime demeure un mystère. Les derniers en date, WannaCry le 12 mai, ExPetr le 27 juin et BadRabbit fin octobre. Toutes ont exploité des vulnérabilités afin d’infecter les réseaux des entreprises. Ces attaques ont également été visées par d’autres ransomwares. Kaspersky Lab a d’ailleurs bloqué des infections de ce type dans plus de 240 000 entreprises au total.

« Les attaques qui ont fait les gros titres en 2017 sont un exemple extrême de l’intérêt croissant des criminels à cibler des entreprises. Nous avons repéré cette tendance en 2016, elle s’est accentuée tout au long de 2017 et ne montre aucun signe de ralentissement. Les entreprises victimes sont remarquablement vulnérables, peuvent se voir extorquer une rançon plus élevée que les particuliers, et sont souvent prêtes à payer afin de préserver la continuité de leur activité. Les nouveaux vecteurs d’infection ciblant les entreprises, par exemple à travers des systèmes de bureau distant, se multiplient également, ce qui n’est pas une surprise », commente Fedor Sinitsyn, analyste senior en malware pour Kaspersky Lab.

Autres tendances du ransomware en 2017

  • Globalement, un peu moins de 950 000 utilisateurs distincts ont été attaqués en 2017, contre environ 1,5 million en 2016, la différence s’expliquant dans une large mesure par la méthode de détection (par exemple, les downloaders souvent associés au cryptomalware sont désormais mieux détectés par les technologies heuristiques, par conséquent ils ne sont plus classés avec les verdicts de ransomware collectés par nos systèmes de télémétrie).
  • Les trois principales attaques, ainsi que d’autres moins médiatisées, notamment AES-NI et Uiwix, ont exploité des vulnérabilités complexes ayant fuité en ligne au printemps 2017 à l’initiative du groupe Shadow Brokers.
  • Le nombre de nouvelles familles de ransomware est en net recul (38 en 2017, contre 62 en 2016), contrebalancé par un accroissement des variantes de ransomwares existants (plus de 96 000 nouvelles versions détectées en 2017, contre 54 000 en 2016). Cette multiplication des modifications reflète peut-être les tentatives des auteurs d’attaques de masquer leur ransomware tandis que les solutions de sécurité deviennent plus performantes dans leur détection.
  • À partir du deuxième trimestre de 2017, un certain nombre de groupes ont mis fin à leurs activités dans le domaine du ransomware et ont publié les clés nécessaires de décryptage des fichiers. Il s’agit d’AES-NI, xdata, Petea / Mischa / GoldenEye et Crysis. Crysis est réapparu par la suite, peut-être ressuscité par un autre groupe.
  • La tendance croissante à l’infection des entreprises par des systèmes de bureau distant s’est poursuivie en 2017, cette méthode de propagation étant devenue la plus courante pour plusieurs familles répandues, telles que Crysis, Purgen / GlobeImposter et Cryakl.
  • 65 % des entreprises frappées par un ransomware en 2017 indiquent avoir perdu l’accès à une grande quantité voire à la totalité de leurs données. Une sur six parmi celles qui ont payé une rançon n’a jamais récupéré ses données. Ces chiffres n’ont pratiquement pas varié par rapport à 2016.

Fort heureusement, l’initiative No More Ransom, lancée en juillet 2016, connaît un grand succès. Ce projet réunit des forces de police et des acteurs du secteur de la sécurité pour pister et démanteler les principales familles de ransomware, afin d’aider les particuliers à récupérer leurs données et de saper l’activité lucrative des criminels.

L’intégralité de l’étude Story of the Year 2017: Ransomware’s new menace est disponible ici.

Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Pinterest email
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (Pas encore noté)
Loading...

Mots clés : , , , ,


Vos réactions




Notifiez-moi des commentaires à venir via e-mail. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.